Référencement WordPress : Comment bien référencer son site ?

Audit Gratuit

Étape 1 de 6

16%

WordPress est utilisé par un quart des créateurs de sites à travers le monde ! C’est un outil qui peut être particulièrement efficace, à condition bien sûr de savoir le maîtriser.

Dans cet article, je vous propose de découvrir comment optimiser le référencement de votre site WordPress et le rendre plus intéressant/attirant aux « yeux » de Google. Cette optimisation pourra permettre d’augmenter le trafic d’un site Internet. C’est parti !

1 – Activer les permaliens personnalisés

Dans Réglages / Permaliens, rendez-vous dans Structure Personnalisée et entrez « /%category%/%postname%/ dans la  partie modifiable. La structure de votre URL comprendra donc le nom de la catégorie que vous aurez choisie suivi du titre de votre post. Cela vous permet donc de prénommer les titres de vos URL.

N’oubliez pas d’enregistrer les modifications. Vous pouvez également vérifier que cela fonctionne en vous rendant dans vos articles en et créant un nouveau sujet. Ainsi, vous pourrez constater que l’URL correspondra à la catégorie choisie suivie du titre du post.

Vous pouvez également choisir de modifier les URL afin de raccourcir le lien, c’est d’ailleurs conseillé pour améliorer le référencement.Pour cela, rendez-vous dans “tous les articles”, cliquez sur l’URL de votre article puis sur “modifier”. Choisissez ensuite l’URL la plus courte en favorisant un ou deux mots clés par exemple. Pour enregistrer les modifications, cliquez sur “mettre à jour”.

Dans Général / Réglage général, choisissez un titre et un slogan percutants pour votre site.

Enfin, dans Discussion, n’oubliez pas d’activer les commentaires des Internautes. Si vous activez les commentaires, cela vous permettra d’avoir un contenu mis à jour régulièrement.

  • Les métas

Par défaut sur WordPress, des métas s’affichent sur la droite de l’écran, ces métas contiennent des liens vers d’autres sites WordPress. Cela vous fait perdre de la puissance auprès de Google puisque ces liens n’ont pas obligatoirement de rapport avec le thème de votre site. Cliquez sur Apparence / Widgets et supprimez les éléments inutiles de la barre latérale. Dans notre vidéo, nous décidons de supprimer “métas”, “catégorie”, “recherche”, “archives” et “articles récents”. Nous laissons en revanche les commentaires récents, qui peuvent être un appel à la discussion pour vos visiteurs.

Actualisez la page pour vérifier que ces nouveaux éléments ont bien été pris en compte.

2 – Optimisation des articles grâce au plugin Yoast SEO

Pour installer le plugin, il vous suffit d’aller dans Extensions/Ajouter. Une fois téléchargé, vous n’avez plus qu’à l’activer. Apparaît alors « SEO » dans votre barre latérale gauche.

Yoast SEO est un plugin absolument incontournable pour toute personne qui souhaite améliorer le référencement de son site web. Par défaut, de nombreux paramètres ne permettent pas à Google de repérer votre site et de décider ainsi de bien le positionner dans ses résultats. Configurer correctement son WordPress va permettre de se faire repérer plus facilement par l’algorithme de Google et donc, d’apparaître plus rapidement dans les résultats des moteurs de recherche. Si aujourd’hui vous avez l’impression que tous les webmasters font les efforts nécessaire pour se démarquer et être bien positionné sur la toile, détrompez-vous. Tous ces paramétrages sont encore marginaux pour un grand nombre de personnes qui n’arrivent pas à comprendre les tenants et les aboutissants de l’optimisation interne (d’où ce tuto !).

Mais revenons à nos moutons !

Vous pouvez donc cliquer sur SEO et vous rendre dans les paramètres généraux.

Dans la partie “outils pour webmasters”, vous pouvez tout à fait connecter vos comptes webmaster Google et Bing (ou autre) à votre plugin Yoast SEO. Vous pourrez ainsi bénéficier de nombreuses fonctionnalités.

Dans Outils titres et métas, vous allez commencer par vérifier que par défaut, le tiret est bien enregistré pour séparer les mots de vos URL. Ensuite, nous vous recommandons d’effacer toute la partie qui apparait après sitename%% dans Page d’accueil.

Faites de même avec types de contenu, fichier média et taxonomie.

Cochez « noindex ».

Dans Archives, tapez %%name%% puis enregistrez le tout.

Dans Autres, cochez :

  • Ne pas indexer les sous-pages
  • Ajouter des métas étiquettes (…).

La partie réseaux sociaux est intéressante mais n’aura pas forcément d’impact sur le référencement de votre site auprès de Google.

3 – Sitemaps XML et images

Sitemaps est un fichier qui permet d’envoyer l’ensemble de vos URL à Google. Pour fournir manuellement vos sitemaps à Google par exemple, vous pouvez vous créer un compte sur Google Searc Consol et uploader votre sitemap dans la catégorie indexation à partir du sitemap. Vous pourrez faire de même avec Bing et d’autres moteurs de recherche.

Cliquez sur Sitemaps XML dans Type de contenu, cochez Fichier média et enregistrez pour ne pas qu’ils soient indexés.

Dans l’onglet Taxonomie, cochez Etiquettes et Format.

Vous pouvez ensuite vérifier la liste de vos URL grâce au bouton XML Sitemaps. Ces URL seront désormais reconnus par Google et donc, vous permettront d’être référencé.

  • En mode avancé

L’idée est véritablement de permettre à Google de mieux vous référencer en rendant votre site fluide et rapide.

Commencez donc par activer le fil d’Ariane pour que Google puisse mieux se repérer.

Pour cela, veillez à cocher :

  • Permaliens : retirer la base de la cat.
  • Retirer les mots d’arrêt
  • Supprimer les variables replytocom

Vous pouvez aussi choisir d’ajouter une barre oblique à la fin de vos URL mais cela n’a pas d’impact sur le référencement.

Enregistrez les modifications avant de passer à la suite.

Jusqu’à présent, nous avons donc activé les commentaires, configuré les permaliens, nous avons également configuré le plugin Yoat SEO afin qu’il soit le plus efficace possible et nous avons activer le sitemap et le fil d’Ariane. Nous allons maintenant nous concentrer sur le cache.

4 – Ajouter un plugin de cache

Rendez-vous dans la rubrique dans Extensions puis Ajouter.

Cherchez WP Fastest Cache, il apparaît généralement en premier choix : installez-le puis activez l’extension.

Une nouvelle rubrique apparaît sur la gauche, cliquez dessus et au besoin, choisissez votre langue favorite (en anglais par défaut).

Dans configuration, vous allez cocher :

  • Système de cache
  • Mobile
  • Nouveau message
  • Réduire HTML
  • Réduire CSs
  • Combiner CSs
  • Gzip
  • Cache du navigateur

Le plugin de cache va offrir à votre site à la fois plus de rapidité et de sécurité. Sachez que plus votre site sera puissant, plus il aura de chances de plaire à Google. En effet, l’algorithme de Google est sensible au délai de chargement de votre page d’accueil puis de vos pages et articles. Le plugin de cache WP Fastest Cache vous donnera l’occasion de gagner en rapidité puisqu’il va par exemple ouvrir le contenu avant les images et compresser un certain nombre de fichiers.

Pour optimiser vos images, vous pouvez utiliser WP Smush en l’installant depuis Extensions / Ajouter. WP Smush s’installe alors dans l’onglet Média, vous n’avez alors qu’à cliquer sur Bulk pour réduire le poids de vos images et augmenter la fluidité et la rapidité de votre site. En principe, une fois Smush installé, vos images seront automatiquement resizés grâce au plugin.

5 – Optimisation des articles

Dans Articles et plus précisément dans le contenu, il est vivement conseillé de choisir des titres 2 et 3. Si vous avez beaucoup de titres, vous pouvez mettre par exemple une fois un titre de niveau 2, une fois un titre de niveau 3. Il faut ensuite bien séparer les paragraphes par un saut de ligne et ne pas hésiter à mettre les mots clés en gras (pour aller plus vite, faites CTRL F sur PC ou CMD F sur Mac).

Si vous ne le savez pas, notez que le contenu de votre site aura une importance capitale pour le référencement auprès de Google. Par exemple, si vous vous amusez à faire du copié collé au lieu de rédiger vos articles vous-même, vous serez rapidement repéré par l’algorithme de Google qui pénalisera votre site en ne le faisant pas remonter dans ses résultats. Vous devez également insérer de nombreux mots clés sans que cela ne saute aux yeux. Les successions de mots clés sont également sanctionnées par l’algorithme de Google. Plus vos articles seront fluides, intéressants et riches, plus ils plairont à Google ! Si vous postez des articles de piètre qualité avec un contenu pauvre, peu de variété dans les mots employés et de nombreuses fautes d’orthographe, votre site sera alors repéré et mis de côté pour le référencement.

Si vous voulez insérer des articles de qualité à votre site, plusieurs solutions s’offrent à vous. Vous pourrez par exemple vous rendre sur une plateforme de rédaction web pour poster votre briefing et attendre que le texte soit traité par l’un des milliers de rédacteurs inscrits, ou, vous pourrez rechercher un rédacteur web freelance. Notez au passage que l’agence CSV dispose de ses propres rédacteurs, si cela vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter pour nous soumettre votre projet et connaître les tarifs.

Le contenu textuel n’est malheureusement pas le seul pris en compte par l’algorithme de Google ! Vos images doivent également comporter des mots clés si vous voulez être bien référencé. Le principe est simple une fois qu’on l’a compris : votre site doit être le plus “clean” et le plus fluide possible si vous voulez qu’il soit rapidement “compris” par l’algorithme de Google. Il faut croire que les machines aussi on leur temps qui est compté, si vous faites perdre du temps à l’algorithme, il vous le fera payer en ne vous hissant pas dans le top de ses résultats !

Bonus :

Pour vérifier si votre site est rapide, vous pouvez vous rendre sur https://gtmetrix.com/ et taper l’URL de votre site et lancer l’analyse de votre site. Vous pourrez ainsi obtenir une note d’évaluation. Si votre site obtient plus de 90 %, cela signifie qu’il est très bien structuré pour la rapidité.

Il existe d’autres site pour vérifier la rapidité de votre site. En principe, le plugin de cache devrait être en mesure de booster la rapidité de votre site. Si vous obtenez une mauvaise note et que vous ne comprenez pas pourquoi vous avez une note exécrable, vous devrez analyser les résultats de Gtmetrix et voir d’où vient le problème. Se lancer dans une telle entreprise peut parfois devenir extrêmement énervant, surtout lorsqu’on ne trouve pas de solution ! Préparez-vous donc à avoir quelques doutes et à vous arracher les cheveux si votre note est toujours basse.

6 – Gérer les erreurs 404

  • Supprimer un article

Lorsque vous créez un article, une URL est générée automatiquement. Cette URL est donc indexée par Google et les autres moteurs de recherche si votre site est référencé. Malheureusement, si vous supprimer un article, l’URL continue d’exister, ce qui renvoie alors sur une page d’erreur 404… pas génial pour l’internaute et l’image du site !Ces fameuses erreurs 404 peuvent également vous valoir une mauvaise note sur Gtmetrix.

Vous pouvez donc installer le plugin Page 404 en vous rendant comme les fois précédentes dans Extensions / Ajouter. Une version pro est proposée en premier choix mais n’est pas obligatoire.

Activez votre extension puis rendez-vous dans Outils / Redirection

Une fois dans les paramètres, copiez l’URL d’erreur dans URL Source et enregistrez une autre URL cible (à la place de votre lien mort).

Enfin, si vous souhaitez gérer les erreurs 404, vous pouvez simplement télécharger le plugin Broken Link Checker dans Extensions / Ajouter puis configurer vos options dans Outils / Liens cassés.

Vous pourrez ainsi vérifier s’il existe des liens cassés sur votre site et les corriger, le cas échéant.

Une dernier plugin pour la route, il s’appelle “404 custom” et va vous permettre de customiser vos pages d’erreur 404. Choisissez une page et sélectionnez-la pour qu’elle apparaisse à la place de votre page d’erreur.

Quelques mots sur WordPress

Je le disais au début de ce tuto, WordPress est un CMS utilisé par plus d’un quart des personnes qui créent leur site Internet. Si WordPress connaît un tel succès, c’est tout simplement parce-que c’est un outil incroyable, qui offre une multitude de possibilités au gérants de site. Grâce à son succès, des milliers de personnes ont travaillé sur des plugin pour améliorer ses performances et offrir toujours plus d’options. Les plugin sont autant d’extensions qui vous permettent de gérer votre WordPress comme bon vous semble.

Grâce à WordPress, vous pourrez par exemple gérer plusieurs sites web, inviter des rédacteurs à écrire directement sur la plateforme, planifier des articles plusieurs jours, semaines et mois à l’avance mais aussi partager vos contenus sur les réseaux sociaux, etc. Certains plugins permettent en outre de sécuriser la plateforme, d’éviter les commentaires frauduleux et bien d’autres choses !

Notez enfin qu’il existe deux types de WordPress. Le WordPress que nous évoquons dans ce tuto provient de WordPress.org, cette version-là est gratuite et totalement modulable. Si vous décidez de créer votre site à partir de WordPress.com, sachez que vous n’aurez aucun accès aux extensions et que vous aurez le JetPack incrusté par défaut. Sur WordPress.com, rien n’est modulable. WordPress.com possède quelques avantages (surtout pour les débutants) mais devient rapidement frustrant pour les webmasters intermédiaires et avancés. Les personnes qui s’engagent sur WordPress.com auront quelques plugin préenregistré et devront se contenter de rédiger et publier leurs articles. Le travail de création se site s’arrêtera là (avec le choix du thème bien sûr !) puisque WordPress.com est en réalité un pack simplifié pour les blogueurs débutants. A vous de faire votre choix !

Et vous, blogueur ou webmaster lecteur de ces lignes ? Êtes-vous autant fan de WordPress que moi !?

C’est tout pour aujourd’hui ! Si ce post vous a plu, sachez que je reviendrai très vite avec de nouveaux conseils pour optimiser au mieux votre site WordPress ! À bientôt !

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *