Le SEO est mort OU comment créer le BUZZ ?

Le SEO est mort ? Ou comment créer le buzz avec un Poisson d’Avril !

Non le référencement n'est pas mort !

Non le référencement n’est pas mort !

Introduction au buzz « Le SEO est mort »

Il y a de cela 4 jours, j’annonçais la fin de mon activité de SEO. Ah, que ce fut dur de tenir ma langue 4 jours durant, tout cela pour faire croire à tout le monde que ç’en était fini pour moi et que j’arrêtais le SEO. Qui plus est, en l’annonçant en fanfare par le biais d’un article incroyablement vaniteux !

Moi, le plus grand, le meilleur spécialiste français du SEO, je rends mon tablier ! Le temps de boucler les commandes en cours, et j’arrête le référencement !

(Si jamais un jour je commence à parler sérieusement de cette manière sur mon blog ou ailleurs, envoyez-moi directement à la guillotine !)

J’ai un immense respect pour les anciens du SEO, (et les moins anciens aussi ; à vrai dire, j’aime bien la communauté SEO 🙂 ), ceux qui ont du vécu dans le milieu ; après tout, cela fait 4 ans tout juste que je fais du SEO. Je suis loin d’être au niveau d’un Laurent Bourelly, d’un Sébastien Monnier ou d’un Olivier Andrieu : nombre de SEO me surpassent (pour l’instant ;)), et je n’ai pas la prétention d’être le meilleur, heureusement pour moi !

Ah ! « Le SEO est mort », une phrase idéale pour lancer un petit buzz ! Ajoutez-y sa diffusion sur Twitter par quelques blogueurs influents dans le domaine du SEO, et votre buzz est parti. Nous étudierons d’ici quelques jours les détails du déroulement de ce « petit buzz », mais laissez-moi d’abord vous expliquer ce qui m’a poussé à rédiger cet article.

J’en avais assez de lire et d’entendre encore et toujours la même chose sur la toile. J’avais comme une envie d’en rire, même si la blague, je l’admets, n’était pas de très bon goût. Certaines personnes ont immédiatement décelé mon mensonge, mais elles ne l’ont pas révélé pour autant ; d’autres sont purement et simplement tombées dans le panneau. Certains ont même pensé que j’avais fumé du crack.

Ils étaient bien loin de la vérité : j’ai tout simplement concocté un poisson d’avril avec un peu d’avance, dans le but d’exprimer mon ras-le-bol d’entendre répéter que « le SEO est mort ». Depuis le temps qu’on le dit, on l’aura compris. Pas besoin d’insister encore, mieux vaut se taire.

NON, je n’arrête pas le référencement, et non, je ne vends pas mon agence. Le SEO n’est pas MORT non plus et il est à des lieux d’être moribond !

Je suis bien conscient que la moquerie ne résout rien, mais sincèrement, il faut cesser de rabâcher cette contre-vérité.

Le SEO n’est pas mort : il évolue très vite

Comme je viens de le dire, en 2013, le SEO évolue. Aujourd’hui comme à l’avenir, il se concentrera sur :

  • une stratégie SEO batie autour de l’utilisateur (publication à venir)
  • l’importance croissante de l’Author Rank (publication à venir)
  • chapeau noir / chapeau blanc ? L’important, c’est de se poser les bonnes questions (publication à venir / traduction Seomoz)

Sur ce, je condamne dès aujourd’hui tous les poissons d’avril qui ne manqueront pas de se glisser dans les actualités : soyez très attentifs, ils sont généralement bien cachés !

Laissez-moi tout de même présenter mes excuses aux personnes qui ont mordu à l’hameçon, ainsi que mes sincères félicitations à celles qui ont su détecter la supercherie.

Remerciements :

Petite explication en vidéo

Créer le buzz avec un poisson d’Avril 🙂 from Chombeau Alexandre on Vimeo.

Entrons maintenant dans le vif du sujet !

Comment créer le buzz avec un poisson d’avril ?

À une époque où les nouvelles technologies permettent à n’importe qui de lancer un blog et de partager de l’information, il est certain que votre propension à vous démarquer de la concurrence sur Internet (que ce soit dans un but commercial, pour augmenter votre visibilité ou renforcer votre crédibilité) repose largement sur vos qualités communicationnelles.

Partage du contenu sur Twitter

Tweet le seo est mort

Tweet le seo est mort

Partage du contenu sur Facebook

Partage de contenu Facebook

Partage de contenu Facebook

Si les contenus que vous partagez doivent être cohérents, impactants et démontrer un certain degré d’expertise, l’ampleur de votre trafic ne dépend pas uniquement de votre habileté à rédiger des billets intelligibles.

Non, le monde virtuel est ainsi fait que pour se faire connaître, il faut aussi maîtriser l’art du référencement (améliorer son placement sur les moteurs de recherche) et être capable de créer des « évènements » qui feront de votre plateforme une vitrine ponctuelle de débats d’actualité. À ce petit jeu, c’est alors ce qu’on appelle un « buzz » qui semble-t-être la meilleure arme.

Mais alors comment le générer ? Comment s’assurer qu’une production attirera l’œil des concurrents et des lecteurs de tous horizons ?

C’est la question à laquelle nous tenterons de répondre.

1. Faire le buzz grâce à la polémique

Pour que votre blog ou site internet soit au centre de toutes les attentions, vous allez devoir soigneusement choisir le sujet que vous vous apprêtez à traiter. Le but d’un buzz est de générer des commentaires, des réactions de tous types afin de lancer un débat, une discussion entre les différentes parties prenantes du thème abordé.

Le conseil le plus cohérent réside alors sur le choix d’un sujet controversé (ce dernier dépendant évidemment de la niche sur laquelle vous vous trouvez). De la religion à la peine de mort en passant par l’interdiction des corridas…le fond du problème doit être réel et partager les opinions.

L’autre particularité du buzz, c’est nécessairement sa visée commerciale. Votre point de vue, marqué et tranché sert à prendre le contrepied de la croyance populaire et voudra s’ériger en solution, en alternative au problème soulevé (votre produit ou service ainsi mis en valeur étant évidemment, LA solution que vous préconiseriez).

2. Créer le buzz par la manipulation de votre audience

Un buzz ne se créé pas nécessairement en respectant la concurrence et les règles informelles de bienséance qui prédominent sur le Net.

Si le respect de l’éthique et de la morale était une priorité des webmasters et autres entreprises, nous serions au courant depuis longtemps. Ne vous y trompez pas : bien loin de moi l’idée d’introduire ici un jugement personnel, ce n’est pas mon rôle.

Le buzz ne suscite jamais que des réactions positives, mais il faut savoir ne pas y répondre et attendre 🙂

Les mauvaises réactions suite au buzz

Les mauvaises réactions suite au buzz

Ainsi, il existe un moyen très efficace de renforcer la polémique déjà naissante de par le choix d’un sujet controversé. Il s’agit de la propagation d’une rumeur. Et qui dit rumeur, dit nécessairement désinformation (ou mensonge pour être plus clair).

Nous ne parlons pas ici de diffamation ou d’attaque directe, mais bien du partage d’une actualité fictive et sans fondement. Le but ? S’ériger rapidement en tant que diffuseur d’exclusivité, expert d’un  domaine particulier. Voilà de quoi propulser quasi instantanément une entreprise ou un blog sous les feux de la rampe.

L’exemple qui me vient en tête est tout simple : vous rappelez-vous la publicité qui ventait les mérites des asperges en tube, qui prenaient leur forme en quelques secondes après une simple pression sur ledit contenant, avant de vous demander si vous étiez prêt à « avaler n’importe quoi » ? (http://www.youtube.com/watch?v=5Mn2j-sKg78)

3. Faire le buzz : explication technique

Mais alors comment donner vie à cette fausse rumeur ? Le processus se décompose en 3 étapes simples :

  • La propagation : la première nécessité est bien évidemment de bien choisir le cadre de votre information (nouvelles technologies, produit révolutionnaire, innovation farfelue) et de publier un contenu crédible pour la mettre en valeur.
  • Faire enfler la rumeur : laissez les gens réagir, les commentaires se multiplier et ne répondez pas aux questions, sous aucun prétexte. Le mystère fait la force de la rumeur. Dans le même temps, veillez à partager massivement votre « désinformation » sur les réseaux sociaux et autres canaux de communication (vidéos, diglikes, blogs «amis »…). Les internautes se chargeront naturellement de donner encore plus d’ampleur à votre coup marketing.
  • Le démenti : Après avoir acquis le trafic nécessaire, et avant que la rumeur n’échappe à votre contrôle, il vous revient d’y mettre un terme, de manière fine. Ne choisissez pas de communiquer en priorité sur votre plateforme.

C’est par le biais d’autres sites, qui auront repris votre désinformation (et qui l’auront considérée comme argent comptant) que vous pourrez vous ériger en tant qu’expert en expliquant point par point pourquoi le message diffusé est faux et comment remédier au problème ainsi soulevé (grâce à vos produits et /ou services donc) et ce,  notamment grâce à des articles invités. Le but peut par exemple être, l’augmentation du nombre de visites ainsi que l’augmentation du nombre de liens entrants.

statistiques du nombre de visites suite au buzz

statistiques du nombre de visites suite au buzz

Augmentation du nombre de visite le jour du buzz (28 mars 2013)

C’est seulement ensuite que vous pourrez confirmer sur votre propre blog que le tout n’était qu’une pure invention de votre part.

4. Faire le buzz en s’appuyant sur une communication « clean »

Créer le buzz efficace qui ne vous retombera pas dessus requiert aussi un minimum de retenue dans l’attitude adoptée face à votre audience. Que cette dernière se compose majoritairement de détracteurs ou non, d’ailleurs. Humour, légèreté et engagement seront de mise. Vos publications (le buzz et le démenti) se voudront alors empreintes d’une certaine propension à vous ériger en tant qu’interlocuteur crédible et leader de votre niche (même si vous ne l’êtes pas dans les faits).

À la manière du « bon client médiatique » qui adapte son comportement face aux médias pour séduire ceux qui sont à l’origine de la reconnaissance publique qu’il retire, vous n’essayerez pas de défendre votre point de vue ou de multiplier les joutes verbales.

Un buzz a souvent des retombées inattendues, que cela soit dans la dureté des commentaires ou les tentatives de déstabilisation de la part des concurrents directs. Il vous revient donc de garder votre calme en toute circonstance et de conserver votre ligne de conduite.

Faire sa place sur le Net n’est pas d’une simplicité à toute épreuve. Quels que soient votre niche, votre talent et votre objectivité, les concurrents sont nombreux et les contenus diversifiés. Le buzz représente alors une alternative, un moyen efficace pour occuper pendant quelques jours voire quelques semaines le devant de la scène. De quoi booster vos ventes, statufier votre positionnement stratégique et démontrer vos qualités communicationnelles en somme.

Il ne vous reste plus qu’à plancher sur la prochaine (dés)information à partager avec vos lecteurs !

Certes, le web est devenu un outil d’utilité publique mais …

poisson avril

poisson avril

L’avènement d’Internet est désormais une réalité reconnue par tous. Le web est devenu un outil d’utilité publique. Dès que l’on recherche une entreprise pour la réalisation d’un travail dans n’importe quel domaine, c’est sur la toile que l’on se rend en premier lieu.

Pour les entrepreneurs du web, il convient donc d’être présents sur la toile et de répondre à une double problématique : se faire connaître sur le web, bâtir une image de marque, puis la pérenniser. C’est le challenge des entrepreneurs modernes du web en 2013…

C’est dans ce cadre là qu’intervient mon domaine de prédilection, le SEO, principal outil d’une stratégie de webmarketing bien maîtrisée. Mon art le SEO tiré de l’Anglais Search Engine Optimisation, est celui du référencement sur les moteurs de recherche les plus usités du web. Ceci permet d’accroître la visibilité d’une entreprise sur la toile : à chaque fois qu’un internaute saisi certains mots clés dans son moteur de recherche habituel, des mots clés en corrélation directe avec le domaine d’activité de l’entrepreneur web, un lien vers le site Internet de l’entrepreneur est proposé en tête de liste à l’internaute.

Dans ce paysage entrepreneuriat virtuel, j’ai pu, à force de travail et de passion, tire mon épingle du jeu en terme de positionnement et de prestige. Si vous êtes connecté à l’univers du SEO, vous connaissez peut-être mon nom : Alexandre Chombeau… Je suis ce jeune lillois  passionné d’informatique, mais aussi et surtout de voyages et de sport, qui à créer en septembre 2011 l’agence web CSV, agence de conseil en webmarketing, spécialisée dans la création de site web et le SEO.

J’ai la chance d’être un polyglotte 2.0, qui maîtrise les langages de programmation tels que le CSS, le Javascript, le XHTML, le SQL ou encore le PHP.

Après des études d’informatiques suivies à l’université de Lille 1, je me suis lancé en tant qu’entrepreneur, créant ma propre agence de conseil en webmarketing. Petit à petit, ma réputation s’est établie, je suis devenu un expert certifié et reconnu en matière de référencement optimal sur la toile, un spécialiste dont l’avis fait référence dans l’univers de la création de site web à but commercial. (oui je me la pète un peu la mais attendez de lire la fin de l’histoire…)

Or, cela va provoquer un coup de tonnerre dans l’univers du marketing web : Moi, le plus grand, le meilleur spécialiste Français du SEO, je rend mon tablier !! En effet, le temps de terminer les commandes en cours, et j’arrête le référencement !

Le référencement, c’est terminé pour moi !

j'arrête le référencement

j’arrête le référencement

Ma décision se base sur le constat qu’en 2013, le domaine n’est plus du tout porteur. La concurrence est de plus en plus féroce. Les administrateurs des principaux moteurs de recherche effectuent des mises à jour de plus en plus fréquentes qui viennent systématiquement remettre en question toute une stratégie de référencement soigneusement pensée (Panda / Pingouin / Et bientôt le pélinquan ?). Je crois également de moins en moins en ma marotte : le moteur de recherche Google, qui fut ma raison de croire dur comme fer en la possibilité de mettre en place des stratégies de référencement efficaces. Le moteur de recherche a aujourd’hui moins d’impact qu’auparavant, à cause des limitations juridiques internationales et des ressources informatiques non partagées.

Désormais, l’Open Source se fait rare, l’univers web se contracte et se restreint, comme si la crise l’avait également atteint de plein fouet.

Je revend l’Agence CSV, avis aux amateurs

Mon entreprise, l’agence web CSV est positionnée sur le marché du marketing web et surtout de SEO principalement sur Lille et sur Nice. Or ma lucidité me force à faire l’amer constat qu’en 2013, à l’instar d’autres marchés du domaine de l’informatique tels que celui des start-up web, la bulle porteuse du marché du référencement à éclatée.

Le SEO est cette fois ci définitivement mort.

(Même si je disais le contraire il y à une semaine lors de mon intervention aux matinées du contenu web). Contactez moi pour plus d’informations.

Certains vont aller jusqu’à considérer qu’il s’agit là d’une perte importante pour le rayonnement de la France dans le domaine du SEO, j’en suis désolé. Cependant, en plus de mes connaissances pointues en informatique, je suis affublé d’un flair hors pair qui me permet de déterminer l’aspect porteur d’un marché ou bien, à contrario, desentir le vent de la fin d’une aventure venir et d’ anticiper intelligemment la chute d’un secteur. C’est la raison pour laquelle je déclare aujourd’hui que mon intérêt personnel se porte désormais ailleurs et que j’ arrête définitivement mes activités en tant que spécialiste du référencement.

Depuis toujours, je trimballe plusieurs passions dans ma musette et nul doute que je m’emploierait à rebondir vers d’autres aventures et d’autres challenge à l’avenir. Pour le moment, c’est ma passion du voyage qui domine tout le reste. Je souhaite donc mettre fin au plus vite aux dossiers en cours pour arrêter définitivement le référencement web et le SEO, afin de me lancer dans un tour du monde.

J’arrête le référencement, je vais faire le tour du monde

Tour du monde

Tour du monde

Je vais consacrer le temps nécessaire à la découverte de notre planète et de ses mœurs variées. J’estime la durée de mon tour du monde à un an minimum. En dehors de l’aspect passionnant de la découverte du monde, J espère , à l’occasion de cette visite planétaire, nouer des contacts qui me dirigeront naturellement vers un rebond de carrière. Je mise sur les débouchés que ma passion de globe-trotter cette fois, va m’ apporter, comme ce fut le cas jusqu’ici au travers de ma passion pour l’informatique.

Plutôt philosophe et peu enclin au passéisme, je déclare qu’une existence riche fonctionne par phases successives. Mon intime conviction est que chacune des phases doit se nourrir de l’une des passions qui nous animent. Il faut savoir écouter à la fois ses appétences profondes et les aléas d’un marché donné, pour déterminer le bon moment pour passer à la phase suivante.

Le moment propice est aujourd’hui arrivé pour moi, la phase virtuelle 2.0 laisse définitivement place à celle du globe-trotter.

C’est avec émotion et avec un profond respect, que je souhaite bonne route à tous mes compagnons d’aventures. Je remercie chaleureusement tous ceux qui m’ont aidé à créer tout d’abord sa première communauté web, à ceux qui m’ont encouragé et soutenu lorsqu’il a été question de sauter le pas pour devenir mon propre patron et créer ma propre agence web ainsi qu’ à tous ces internautes anonymes sur les forums qui m’ ont permis de nourrir ma passion et d’enrichir mes connaissances en informatiques au moins autant que le cycles d’étude spécialisé suivi au départ

Le spécialiste du référencement web que je fus vous salue bien, je vous tire mon chapeau pour votre courage et votre talent à tous et j’ espère, qui sait, vous recroiser un jour prochain sur l’une des sinueuses petites routes du globe et non plus de la toile, qui mènent chacun, phase après phase, vers son propre destin. Je vais d’ailleurs très prochainement ouvrir et administrer un autre blog qui relatera toutes mes aventures autour du monde, sur lequel vous pourrez suivre, pas à pas, les différentes étapes de mon périple.

D’ailleurs, fidèle à la fougue qui me caractérise, je dois absolument vous signaler que j’ai déjà décollé pour ma première destination, les USA, suivra ensuite l’Australie et puis l’Islande. A l’heure où nous échangeons, je vole déjà vers de nouvelles aventures avec une grosse pensée pour vous tous !

Je vous invite à voir la vérité sur ce Buzz SEO dans cet article.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
37 réponses
  1. Sébastien
    Sébastien says:

    Je suis vraiment déçu que tu arrêtes si tôt, l’agence CSV est reconnu maintenant.
    Mais l’important est que tu fasses ce qui te plaise, et pas uniquement ce en quoi tu excelles.
    Merci à l’agence CSV qui m’aura appris tant de choses dans le domaine du référencement naturel.

    Répondre
  2. Juan
    Juan says:

    Amuse toi bien autour du monde. Je trouve ça quand même un peu dommage. Et non, le SEO n’est pas mort, il évolue. C’est plus compliqué qu’avant mais il reste des niches ) exploiter…

    Répondre
  3. Fabien BRANCHUT (Développeur web pro.)
    Fabien BRANCHUT (Développeur web pro.) says:

    Google cherche à décourager de nombreux SEO, et il y parvient apparemment…

    Chacun fait des choix et les tiens ont l’air sympas en tout cas : faire le tour du monde et bourlinguer !

    En ce qui concerne le SEO, si tu pars du principe qu’il y a 10 places sur la 1ère page de Google, il y aura toujours d’une raison qui expliquera pourquoi le 3ème est en-dessous du 2ème. A partir de ce constat, il faut chercher cette raison, proposer des hypothèses, expérimenter, mettre en place et peut-être trouver…

    Non le SEO n’est pas mort, il a juste changer de visage.

    Répondre
  4. Xavier
    Xavier says:

    Courage a toi voisin Niçois (ou Lillois, je comprend pas vraiment) … Je ne me verrais pas lacher ma société et encore plus faire un tour du monde pendant 1 an, quel courage. Et bien bonne continuation dans ce cas

    Répondre
  5. Mickael
    Mickael says:

    Salut Alexandre, c’est étrange ta déclaration 4 jours avant le 1er avril. Ca ne serait pas un gros poisson d’avril? Si c’est pas un poisson contact moi pour la vente!

    Répondre
  6. Jerome
    Jerome says:

    Tu as raison de suivre tes envies, le voyage c’est top et je suis sur que tu pourras rebondir. J’ai passé 10 mois en Australie, c’était top et ça ouvre l’esprit 😉

    Répondre
  7. Adrien Leroux
    Adrien Leroux says:

    Le SEO est peut-être mort pour vous, mais il ne l’est pas pour le reste des entrepreneurs. La concurrence est féroce certes – vous le dites – mais le le succès reste pour ceux qui persévèrent et arrivent.
    De toute façon si vous comptez faire le tour du monde, passez me voir et découvrir ma région. Vous serez le bienvenue.

    Répondre
  8. Eve Demange
    Eve Demange says:

    A bientôt peut-être un jour sur les routes du monde :-)Je ne suis pas certaine que le SEO soit complètement mort, même après Panda, Pingouin, et bientôt le Pélican 😉
    Et bravo pour cet article, quel panache !

    Répondre
  9. hug0b
    hug0b says:

    Je pense un peu comme Mickael 😉
    Quoi qu’il en soit c’est vrai que l’algo de Google a de quoi démoraliser avec toutes ces mises MAJ qui remettent en question le travaille que tu as fais il y’a quelques mois.

    Si c’est pas un poisson, amuse toi bien dans ton tours du monde.

    Répondre
  10. Niko VDB
    Niko VDB says:

    Ca sent le fake! Petite opé de Linkbait pour faire un peu de buzz autour de l’agence CSV? Mais l’article est divertissant et bien rédigé, ça je le concède.

    Répondre
  11. Illico
    Illico says:

    Voilà un beau projet qui se termine mais une nouvelle aventure commence pour toi. Comme le dirai mon ami Georges Pernoud, je te souhaite bon vent.
    Sur ce, je vais me préparer un petit poisson pané pour le dîner :).

    Répondre
  12. loran
    loran says:

    clair que je me pose la question sur 2 points :

    – l’arrivée du 1er avril dans 3/4 jours
    – mais surtout pourquoi abandonner le SEO alors qu’au contraire c’est demandé encore plus qu’avant ?

    Alors oui, il y a 2 types de demandes :
    – les primo-accédants au web et ceux qui sont échaudés par une 1ère expérience négative : pas de budget
    – les entreprises qui ont un vrai business model avec un vrai budget pour se développer.

    C’est ce genre d’entreprises qu’il faut solliciter.

    Répondre
  13. Anthony
    Anthony says:

    Comme je le disais sur G+, triste nouvelle, mais c’est ton choix.
    Je vais partager ton article pour t’aider à retrouver un repreneur et je vais te souhaiter une bonne continuation pour la suite et un beau tour du monde.

    Anthony

    Répondre
  14. plastique usiné
    plastique usiné says:

    Ok, c’est ptet un fake, mais d’un autre côté, il est vrai que c’est assez démoralisant de remettre tout en cause à chaque changement d’algo de GG, qui sont devenu bien trop rapide depuis un an. Alors oui, le SEO est toujours très demandé, mais en faire est de plus en plus difficile (et donc coûteux) ce qui réduit considérablement le public qui peut (ou voudrait) se l’offrir.

    Répondre
  15. Seb Loopuyt
    Seb Loopuyt says:

    Poisson d’avril ou big buzz ???
    Ce serait passé si tu avais juste dis que tu voulais changer de vie, mais dire que le seo est mort … 😉

    Répondre
  16. SEO
    SEO says:

    Personnellement, ça peut être plusieurs différentes choses, soit un gros poisson d’avril, soit un truc encore plus ingénieux qu’on ne comprendra pas tout de suite. Je sens bien le big buzz ! Wait & See !

    Une dernière chose, « on n’abandonne pas le référencement naturel, mais c’est Google qui le fait ! » 🙂

    Répondre
  17. Jean-Sam
    Jean-Sam says:

    Si c’est vrai, c’est respectable que de changer d’orientation et de voyager.
    Si c’est du flan, c’est assez nul. 01 avril au pas.

    Répondre
  18. Campagne référencement
    Campagne référencement says:

    Comment démêler le vrai du faux ? S’il est vrai que depuis plus d’un an Google tombe le masque et devient de moins en moins SEO-friendly, arrêter le référencer n’est pas pour autant une solution vraiment envisageable, car il le financement du voyage autour du monde n’est pas évoqué dans le billet. Comment comptez-vous poursuivre l’aventure ? économies personnelles ? revente très bénéfique de l’agence CSV ? monétisation du blog de voyage qui va être mis en place ?

    Répondre
  19. enrik
    enrik says:

    Je ne pense pas quele SEO soit mort. C’est en effet plus difficile mais il y’a encore de nombreuses niches a exploiter ! Je te souhaite bonne chance dans tes autres projets !

    Répondre
  20. pixamaz@cadre cody simpson
    [email protected] cody simpson says:

    je te souhaite bon voyage et bonne continuation 🙂

    Répondre
  21. Jeome@RoadtripAustralie
    [email protected] says:

    Bravo tu nous as bien eu 😉

    Répondre
  22. Aureth
    Aureth says:

    Comment attirer des visiteurs en écrivant des conneries… Je dois avouer que l’article est bien pensé, quoi qu’un peu trop long (j’ai pas eu le courage d’aller jusqu’au bout). Joli exemple de provocation de buzz.

    Répondre
  23. Nonmais
    Nonmais says:

    Mais t’es qui ? Cependant belle tentative d’entrepreunariat, pour autant c’est peut-être la zone de chalandise qu’il aurait fallu revoir (Lille, il n’y a rien à part des VAD qui ont des SEO in-house).

    Répondre
  24. Jeanmathieu
    Jeanmathieu says:

    Bonjour,

    le SEO est mort depuis longtemps. Je suis plus ou moins d’accords avec cela car depuis que les outils comme les plugins SEO ont fait leur apparition, tout semble automatisé. Un débutant en référencement est aujourd’hui capable de mettre d’indexer son site internet favorablement dans Google. Franchement, je ne compte plus beaucoup sur le référencement naturel. En tout cas, je vous remercie d’avoir abordé le sujet car nombreux sont ce qui ont leurs mots à dire sur ce fait! Bon courage à tous.

    Répondre
  25. Pierre
    Pierre says:

    Certaines agences de SEO ne fournissent aucun travail de fond.
    Je vous déconseille par exemple PRIMEO qui n’effectue aucun travail de qualité et qui promet pourtant d’augmenter considérablement votre trafic.

    Le SEO est un travail difficilement mesurable et certains s’engouffrent bien entendu dans le brèche !

    Répondre
  26. Jean David
    Jean David says:

    Bonjour, après 7 ans dans le SEO, j’ai pris la sage décision de sortir de ce métier qui n’est plus conciliable avec ma vie.

    Stresser, Stresser, Stresser à chaque mise à jour de Google je ne penses pas que ce soit raisonnable pour la santé…. Surtout avec des clients qui ne se préoccupent que des résultats.

    Bon courage aux nouveaux qui se lancent mais c’est pas une vie de regarder une courbe analytics jour et nuit !

    J’ai deux garçons et j’ai décidé d’en profiter….

    Répondre

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *