Responsive Web Design : Le guide de référence pour les SEOs

Depuis février 2012, le smartphone a quasiment atteint 50% du marché mobile aux Etats-Unis. 2012 est ENFIN « l’année du mobile », et cela signifie que vous avez besoin de vous faire votre propre expérience en tant qu’utilisateur.

Ami SEO, gardez un œil sur vos stats Google Analytics (statistiques) – le marché du smartphone n’a pas fini de progresser ! Avec toute l’attention que le responsive web design attire, que pourrait faire d’autre les marketeurs et les SEO qui veulent réussir que de s’orienter vers des stratégies mobile à long terme ?

Avant tout, qu’est-ce que le Responsive Web Design ?

En bref, le RWD (Responsive Web Design, «Web Design réactif» en français) est une technique utilisant une mise en page souple (qui « étire » l’écran en s’adaptant dynamiquement au mieux) en plus des « media queries » CSS, qui appliquent différentes feuilles de style (CSS) basées sur la taille de l’écran de l’appareil.

Avec un design réactif, votre site web s’ajustera à n’importe quel appareil doté d’un « explorateur plein » : smartphones, iPad + d’autres tablettes (aussi bien en mode portrait que paysage), et même TV. Peu importe si la résolution de la Galaxy Tab est différente de celle du téléphone Nexus S – votre site apparaîtra merveilleusement beau, à condition que le Responsive Design ait été correctement exécuté.

Responsive Web Design

Exemple de Responsive Web Design installé par UC San Diego.

L’un des exemples les plus connus de Responsive Web Design est le site BostonGlobe.com : allez simplement sur le site et redimensionnez votre écran de navigateur : il s’ajustera automatiquement à la largeur de votre navigateur. BostonGlobe est probablement le plus grand et le plus complexe des sites ayant mis en œuvre cette technique, mais il y a des centaines d’autres exemples disponibles sur mediaqueri.es, dont UC San Diego, Smashing Magazine, et plus encore.

Quelles sont les alternatives au Responsive Design ?

Le Responsive design est devenu sujet à controverse depuis le développement du mobile. Certaines personnes le voit comme la meilleure solution pour améliorer son expérience d’utilisateur de mobile (et de tablette), bien que ce ne soit pas toujours le cas. Le propos de ce post est d’étudier le Responsive Web Design en détails, mais afin d’en avoir une image fidèle on verra aussi deux alternatives à la « mobilité croissante » permise par le RWD (Responsive Web Design).

Site alternatif pour mobile

Habituellement hébergés par un subdomain en « m. », les sites pour mobiles sont généralement développées à partir de rien. Les visiteurs seront redirigés vers le site mobile quand le serveur aura détecté que leur user-agent (agent utilisateur) est un smartphone.

Par exemple, l’user agent pour un iPhone ressemble à ça :
Mozilla/5.0 (iPhone; U; CPU iPhone OS 4_3_2 like Mac OS X; en-us) AppleWebKit/533.17.9 (KHTML, like Gecko) Version/5.0.2 Mobile/8H7 Safari/6533.18.5

Application mobile

Alors que les applications mobile (Apple iOS, Android, Blackberry, ou Windows Phone) sont les meilleures pour contrôler l’expérience utilisateur et pour tirer avantage des capacités hardware des smartphones, elles sont coûteuses à développer et ne font pas partie du « web ouvert», rendant impossible l’indexation correcte des moteurs de recherche.

Comment Google indexe-t-il les sites Responsive ?

Il y a environ 6 mois, Google présentait un nouvel outil d’indexation pour smartphone, qui imite l’user agent de l’iPhone. Alors que le Responsive Web Design ajuste simplement la page à la taille de l’écran et ne modifie pas le contenu basé sur l’user agent du mobile, Googlebot-Mobile a accès au contenu du site entier (HTML, CSS, images, etc).

La seule différence est que dans le cas où Google peut lire à travers les CSS et comprendre les media queries utilisées par le Responsive Web Design, il peut également voir quels éléments sont cachés sur votre site mobile (on ne le dirait pas, mais c’est toujours une question ouverte). Par mesure de sécurité, je ne cacherais aucun élément qui renfermait du contenu important d’une largeur de plus de 600 px.

Prévisualisations d’image dans les SERP (page de résultats d’un moteur de recherche)

Le SERP de Google mobile montre la liste des prévisualisations sur les derniers smartphones. Pour ceux dotés d’un design réactif, la prévisualisation est montrée avec une largeur d’environ 640px (la résolution de l’iPhone en mode portrait). Voir les exemples de captures d’écran ci-dessous.

Serp Google responsive

Indexation et mise en mémoire tampon (avec une expérience!)

J’ai fait une expérience pour voir si Google indexe vraiment les pages crées spécifiquement pour mobiles. J’ai suivi ces étapes :

  • En bas de chaque page de mon site, j’ai ajouté un texte qui vise les agents utilisateur mobile et qui est uniquement visible si l’appareil du visiteur est un smartphone.
  •  Le texte exact (qui est « mobphone teststring ») n’est apparu ni sur Google ni sur Bing
  • J’ai choisi « Analyser comme Googlebot » (Mobile : Smartphone) dans les outils administration. Le résultat a montré que mon texte est visible avec Google Bot. (27 avril, 21h).
  • J’ai attendu que me pages s’indexent à nouveau (j’ai vérifié les registres de mon serveur après avoir activé « Analyser comme Googlebot »)
  • J’ai cherché « mobphone teststring » sur Google et Bing… Aucun résultat trouvé (toujours pas, après 10 jours).
  • En cherchant mon propre site sur Google avec un smartphone, les pages mise en mémoire tampon de l’accueil et « mobphone teststring » n’apparaissent pas.

VERDICT: Quand on charge les versions mobile de pages localisées au même URL, comme les pages d’accueil (que ce soit par le Responsive Web Design ou en ciblant avec l’user-agent) :

Google ne met pas en mémoire les versions mobile de vos pages.

Actuellement, Google semble ignorer tout contenu visible uniquement par les visiteurs mobile.

Si le but de votre visiteur est différent sur le site mobile que sur un site avec page d’accueil (par exemple les sites d’assurance automobile : citations sur la page d’accueil contre assistance dépannage sur le mobile), alors je serais plutôt d’accord avec Bryson Meunier :

Actuellement, l’approche hybride des URLs pour mobile (ayant un sous-domaine en « .m ») assurerait que le contenu du site mobile est indexé et traité également avec les sites normaux.

(Même si à la fin de ce post, je décris comment j’aimerais voir cela pris en charge à long terme par les moteurs de recherche).

Bing et les mobiles.

Alors que Bing n’a pas d’indexateur séparé pour les mobiles qui imiterait un smartphone, BingBot a l’air d’indexé les sites de base et les sites mobile. Ainsi, un post assez récent de Duane Forrester parle de la politique de « l’URL-unique » pour tous les appareils comme préférant Bing. Je n’ai pas pu trouvé d’autre information en ligne, dans les registres du serveur, ou par mon expérience (Bling ne permet pas de voir les pages en mémoire tampon sur mobile).

Responsive Web Design : Liste exhaustive des avantages et des désavantages

Le Responsive design n’est pas une solution intégrale pour mobile. D’après l’auteur du livre du Responsive Web Design, Ethan Marcotte:

« Mais surtout, le responsive web design n’a pas été crée pour remplacer les sites web mobile. (…) Et comme stratégie de développement, il est destiné à être questionné afin de voir s’il répond aux attentes de votre projet. »

En gardant cela à l’esprit et en considérant les implications de la liste ci-dessous, le Responsive Web Design répond-il aux besoins du projet ?

Les 7 AVANTAGES du Responsive Web Design.

  1. L’expérience utilisateur (l’ « UX » anglais) : Le website s’ajuste à n’importe quelle taille d’écran, ce qui en fait une bonne solution de long terme pour l’expérience utilisateur avec la pléthore actuelle d’appareils (dont les hybrides mobiles / tablettes). En cachant des éléments qui ne sont pas cruciaux pour les visiteurs mobile, il les aide à satisfaire leur quête plus rapidement.
  2. Analytics : Une vue intégrale de tout le trafic. Pour avoir un aperçu des visiteurs sur mobile, créer une catégorie « mobile seulement » (notez que par défaut, Google Analytics place tout dans la catégorie « mobile »).
  3. Partage / Liens : Un lien URL pour accumuler tous les partages, likes, tweets, et liens entrants. Contribue à une meilleure expérience d’utilisation aussi : avez-vous déjà cliqué sur un lien dans un tweet just pour voir la version mobile d’une page dans votre navigateur complet ? #UXfail
  4. SEO (Optimisation pour les moteurs de recherche) : Avec l’avantage ci-dessus, un URL cumule tous les liens, PageRank, Page Authority, etc. Cependant, comme les moteurs de recherche deviennent plus intelligents pour déterminer les relations entre les pages optimisées pour mobile et les pages pour ordinateur, cet avantage ne comptera pas.
  5. Développement : le Responsive Web Design enlève le souci de redirection de lien, sans agent utilisateur.
  6. Maintenance: Maintenance : Une fois votre site activé, il y a très peu de maintenance à faire, contrairement à l’entretien d’un site mobile indépendant. Il n’est pas nécessaire d’entretenir une liste d’user-agent avec mises à jour.
  7. Architecture de l’Information (AI) : Avec une relation unique avec le site de base, le mobile imite a même AI que le site complet, en réduisant le temps qu’il faut pour s’habituer à utiliser le site mobile.

Les 5 DESAVANTAGES du Responsive Web Design.

  1. Expérience utilisateur / Temps de chargement : Les utilisateurs doivent télécharger inutilement un code HTML/CSS (ce n’est pas une grosse affaire) et la plupart du temps, les images sont simplement écrasées NON redimensionnées – ce qui a un impact négatif sur le temps de chargement (plus gros problème).
  2. SEO : Avec le Responsive Web Design, vous ne pouvez pas ajuster facilement titres, descriptions, et le contenu pour les utilisateurs mobile. Ils utilisent différents mots-clés, sont plus enclins à utiliser la recherche vocale, et parfois il y a une variation significative (utilisez l’outil Google de mot-clé, qui sépare les recherches mobile). EDIT23/08/2012

    « Par rapport au désavantage 2/, il est tout à fait possible de servir dynamiquement des TITLE différents suivant la plate-forme. Ainsi, les titres seront optimisés pour la recherche mobile et desktop. » Merci à Laurent dans les commentaires

  3. SEO : D’après mon expérience, Google ne classe par les sites basés sur un contenu mobile uniquement localisés au même URL. Si votre site réactif vise les user-agents pour servir un certain contenu pour mobile uniquement, il ne sera pas indexé ni utilisé pour classer votre site.
  4. Développement : Le développement initiale du Responsive Web Design prend plus de temps. Il est habituellement plus facile de créer le Responsive Web Design de rien puis de convertir un site existant.
  5. Design : Comme les mises en page du Responsive Web Design sont dynamiques (autre que deux extrêmes : celles du site mobile et du site complet), il y a moins de contrôle sur l’apparence des mises en page intermédiaires et il est long pour les designers de montrer toutes les maquettes possible au préalable. En effet, ils montrent habituellement des grilles et de maquettes du bureau + des mises en page pour mobile. Lorsque les deux sont approuvées, le Responsive Web Design est installé et les designers peuvent alors montrer des mises en page opérationnelles pour toutes les tailles d’écran.

J’ai essayé de faire une liste aussi exhaustive que possible. Je vais ajouter quelques généralisations ci-dessous, mais au final c’est à vous de voir si le Responsive Web Design est la meilleure solution pour votre stratégie pour mobile.

Quand utiliser le Responsive Web Design a un sens (et n’en a pas).

Comme mentionné plus haut, le Responsive Web Design n’est pas une solution miracle ; par conséquent, il marche pour certains sites mieux que pour d’autres. Voici quelques généralisations, mais soyez certains d’éplucher la liste complète des pour et des contre si cela n’est pas encore fait.

  • Si votre site web contient moins de 50 pages, n’inclut pas de fonctionnalités avancées, et que l’attente d’un utilisateur n’est pas radicalement différente que sur un appareil mobile, il y a fort à parier que le Responsive Web Design peut être une solution adéquate pour améliorer la navigation du l’utilisateur mobile.
  • Si votre site web est assez simple, sans trop de types de pages différents (c’est-à-dire pages d’articles, de catégories, surf, etc) et que le visiteur n’en a pas une utilisation significativement différente sur un appareil mobile, le Responsive Web Design peut être une bonne solution pour perfectionner son usage.
  • Si vous avez un site complexe avec de nombreux types de pages, que l’attente de l’utilisateur n’est pas très différente sur le mobile et que vous planifier un réaménagement, vous devriez au moins réfléchir au Responsive Web Design.
  • Si les visiteurs ont des buts incontestablement différents en utilisant votre site à partir d’appareils mobiles, il est probable que le Responsive Web Design n’est pas fait pour vous.

Assurément, les visites depuis mobiles continuent à progresser, mais malgré les derniers rapports seuls 9% du million de sites les plus visités sont accessibles sur mobile (d’après Mongoose Metrics), la majorité absolue des sites web sont en fait accessibles sur smartphones – depuis 2007, lorsque Apple présentait la possibilité de naviguer sur n’importe quel site web sur l’iPhone. En fait, Apple croit avoir délivrer un si bon produit (un navigateur complet qui rend les téléphones « intelligents ») qu’il n’y a pas de besoin pour les sites mobile : sur un smartphone, Apple.com est le site complet.

Comme pour n’importe quel autre projet, se donner des buts et des attentes réalistes pour le site mobile ( « augmenter le taux de conversion de segment mobile par X% » ou  » augmenter le taux de satisfaction des clients qui accèdent au site mobile de X% ») et déterminer si c’est suffisant pour justifier l’investissement avec votre « user base » mobile actuelle, compte-rendu de la progression de ce marché.

Là où je voudrais voir la recherche sur mobile.

Dans la mesure où les moteurs de recherche progressent, à mon humble avis, il est dans leur intérêt de déterminer l’attente des utilisateurs en fonction de l’appareil qu’ils utilisent. Cindy Krum de MobileMoxie a écrit sur les différences d’affichage de la page de recherche en fonction de l’appareil utilisé, et je pense que nous verrons bientôt plus de ces avances d’amélioration.

Nous ne pouvons vraiment pas attendre que Bob, propriétaire d’un restaurant, fasse une recherche par mot-clé pour déterminer si les utilisateurs mobile faisant des recherches veulent plutôt voir le menu que la section « à propos du restaurant » sur la page d’accueil.

Les moteurs de recherche ont besoin de développer davantage et offrir aux visiteurs mobile des pages plus susceptibles d’être visiter (rien de nouveau), mais d’adapter cette possibilité pour le mobile.

Mise à jour :

Depuis hier (6 juin), Google a pris parti pour la construction de sites web optimisés pour smartphones et a déclaré que le Responsive Web Design est la configuration recommandée par Google. Ceci étant dit, les avantages et désavantages du Responsive Web Design listés dans ce post restent les mêmes.

Article traduit de Seomoz.org : Responsive Web Design: The Ultimate Guide for Online Marketers

Tags:

30 Commentaires

  • / 23 juin 2012 at 11 h 36 min /

    Répondre

    Le responsive design est une très bonne technique mais, comme tu l’as expliqué, si on veut une ergonomie spécifique en mode mobile il ne suffira pas. Par contre je pense qu’utiliser les techniques de responsive design est obligatoire pour tous les sites. Cela permet d’avoir un site qui fonctionne correctement peut importe la résolution du visiteur. Si on a le temps et les moyens d’aller plus loin on peut bien sûr développer une application spécifique pour le mobile en plus du site en responsive.
    Bref il faut s’y mettre car ça sera indispensable dans un futur proche :)

  • / 23 juin 2012 at 11 h 47 min /

    Répondre

    Quand les 1er fraweworks css responsiv (comme bootstrap) sont apparus nous nous sommes jeté dessus, et on vient d’y renoncer parce qu’il est trop galère de gérer les espaces pub efficacement en même temps.

  • / 23 juin 2012 at 16 h 03 min /

    Répondre

    Merci pour cette synthèse, surtout pour les points ‘quand utiliser / et ne pas utiliser » le responsive design.

    Car amha, le terme RWD est aujourd’hui à la mode, alors que les principes mis en œuvre sont vieux comme les CSS.

    C’est un aspect à ne pas oublier dans les étapes de la conception, si l’audience et l’objectif principal du site s’y prettent.

  • / 25 juin 2012 at 12 h 42 min /

    Répondre

    Bonjour à tous !

    Merci pour ce guide, avec le boom des services à l’Html 5 pour animer le monde du web (Kontest pour les concours sur facebook par exemple), tout porte à croire que le Web design est au centre des priorités des sites internet.

    Enfin, le développement du mobile contribue à considérer le web design comme primordial !

    Merci encore,

    Marie

  • / 26 juin 2012 at 7 h 10 min /

    Répondre

    salut,
    merci beaucoup pour cet article très détaillé et il faut admettre que le web design, il n’y a que ça de vrai aujourd’hui…

  • / 26 juin 2012 at 8 h 47 min /

    Répondre

    Féliciations pour l’article qui est très complet.

    De mon coté, je pense que le Responsive Web Design va devenir un standard populaire car il est tout à fait adapté à un site vitrine, ce qui constitue la majorité des sites sur le web et que cette technique permet une adaptation aux différents formats à moindre coût.

    J’ajouterais quand même qu’il faut aussi intégrer une notion d’utilisabilité. On a tendance à réduire le RWD aux media queries. Hors je pense qu’il convient également de cibler le type de support (dans le navigateur) et pas seulement ses dimensions.

    Exemple : Un menu avec effet « hover » ne fonctionnera pas sur un terminal tactile. Il faudra remplacer l’effet « hover » par un effet au clic.

    Dans ce cas, l’utilisation de javascript est nécessaire. Cela dit, on reste « coté client », donc les pages livrés par le serveur restent les mêmes…

  • / 26 juin 2012 at 14 h 16 min /

    Répondre

    Bonjour,
    Ton article est très détaillé et très intéressant, je me posais un certain nombre de questions à ce propos et j’ai pu trouver les réponses ici notamment dans le comparatif quand utiliser le RWD ou pas.

  • / 26 juin 2012 at 19 h 16 min /

    Répondre

    Sujet d’avenir en effet, je vois quand même plus d’avantages que d’inconvénient. Mais bien sûr, tout dépend encore une fois des projets…

  • / 27 juin 2012 at 3 h 09 min /

    Répondre

    En effet le Responsive Web Design va devenir incontournable avec les smartphones, tablettes, et autres « gadgets » du genres.

    Rendre accessible son design sur smartphones peut être long et pénibles mais ca vaut le coup. Il ne faut pas écarter la cible smartphone et tablette :)

    Ce petit guide est très bien conçu.

  • / 27 juin 2012 at 10 h 33 min /

    Répondre

    Hello,

    Le responsive design a de beaux jours devant lui, facile à mettre en place et adaptable pour tous les supports, c’est une solution efficace.

    Le guide est bien intéressant pour faire le meilleur choix pour son site.

  • / 1 juillet 2012 at 18 h 44 min /

    Répondre

    Bonjour,
    voici notre site-web officiel de Fonds de Commerce en ligne, vente et achat :

    http://www.auger-fondsdecommerce.fr/

    Le site respecte un Responsive Web Design.
    Vous en pensez quoi ?

    Merci !

  • / 2 juillet 2012 at 21 h 37 min /

    Répondre

    Donc d’après tes tests, si tu faisais un redirect sur le user agent GoogleBot Mobile vers un contenu légèrement différent de ta version desktop (ton expression clé en plus dans la page), Google ne t’affichait pas en cache ce contenu ? Ce qui voudrait que même tout le blabla dans leur guide, c’était du foin ?
    Juste pour être sûr que j’ai bien compris^^

  • / 4 juillet 2012 at 12 h 05 min /

    Répondre

    Bonjour,

    C’est clair que le responsive design est vraiment nécessaire aujourd’hui sur les sites web.

    Merci pour ce guide =)

    Bonne continuation !

  • / 11 juillet 2012 at 12 h 28 min /

    Répondre

    Voilà une bonne idée de lecture pour le train de demain :)

  • / 24 juillet 2012 at 15 h 00 min /

    Répondre

    On parle énormément du responsive Webdesign en ce moment mais c’est bien la 1ere fois que je tombe sur un article qui aborde le sujet de son impact sur le référencement ! Très intéressant ! Bravo !

  • / 7 août 2012 at 16 h 35 min /

    Répondre

    De plus en plus de gros sites commencent à passer en responsive. Merci d’avoir fait un bon focus SEO dessus.
    Je pense qu’à l’avenir le responsif va totalement prendre la place des sites mobiles, il y aura d’un côté les applis et de l’autre les sites responsives.

  • / 23 août 2012 at 7 h 36 min /

    Répondre

    Par rapport au désavantage 2/, il est tout à fait possible de servir dynamiquement des TITLE différents suivant la plate-forme. Ainsi, les titres seront optimisés pour la recherche mobile et desktop.

  • / 11 septembre 2012 at 17 h 39 min /

    Répondre

    Chez les web designers, deux philosophies s’opposent : la conception par le contenu, et la conception par la mise en page.

    Dans la 1ère, on minimise l’ajout de contenu collatéral car le contenu cible est l’essentiel. Le résultat donne des écrans épurés, mais parfait pour passer d’un smartphone à un ordinateur de bureau. Permet aussi de faciliter le référencement.

    Dans la 2ème, on privilégie la mise en page, ce qui oblige de remplir l’écran d’un certain nombre de contenu collatéral (rubriques connexes, nuages de mots clés, widgets sociaux, listes de liens, publicités), qui très souvent vient étouffer le contenu cible. Rend donc plus complexe le responsive web design, alourdissant du même coup le référencement.

  • / 19 septembre 2012 at 11 h 58 min /

    Répondre

    Pour répondre à « quand ne pas utiliser le responsive design », j’ajouterais « pour un site e-commerce ».

    Car les pages seront réellement épurées pour laisser place presque uniquement au produits vendus, et il y aura donc de très nombreux éléments cachés qui pourraient être pénalisant en terme de référencement Google…

    Mais dans tous les cas, ce qui est sûr c’est qu’on a pas encore assez de recul sur le sujet d’après moi…

  • / 26 septembre 2012 at 21 h 30 min /

    Répondre

    Pour un site ecommerce le responsive design est très délicat, j’ai vu des modules pour iphone pour prestashop, c’est une vrai catastrophe, on s’y perd, car l’interface n’a rien à voir avec le site desktop, aussi en attendant mieux (voir du cote de Amazon.fr qui vient de passer en semi responsiv design).

  • / 29 septembre 2012 at 8 h 24 min /

    Répondre

    Je ne voudrai pas passer pour un troll, mais a la base le html 1.0 faisait ca, vous agrandissiez votre document, le texte suivait. Le CSS est venu détruire le concept derrière le html, qui etait de pouvoir lire un document partout quelle que soit la taille de l’écran, le CSS est venu « figer » les résolutions et les élements dans les pages…

    Finalement on est en train de réinventer le html… L’humain, ou comment réinventer la roue :) qui à dis obsolescence programmée ?

  • / 9 octobre 2012 at 16 h 16 min /

    Répondre

    À la fin de l’article, le plus important est dit, le choix du responsive design ou pas est une question de besoin. Appliquer ce type de procédé pour un site « usine à gaz » est une absurdité. En revanche cela fonctionne très bien pour un site simple.

  • / 12 octobre 2012 at 16 h 07 min /

    Répondre

    salut; merci pour le post utile et intéressant a plus ;)

  • / 31 octobre 2012 at 15 h 02 min /

    Répondre

    merci pour cet article très détaillé et très intéressant !
    je pense que le terme RWD est très nouveau aujourd’hui et très à la mode surtout en ce qui concerne les sites e-commerce ou d’actualité !

  • / 17 novembre 2012 at 13 h 50 min /

    Répondre

    Merci pour cet article bien détaillé.
    Le Responsive Webdesign est une tendance aujourd’hui, avec l’évolution époustouflant des connexion sur mobile …
    Néanmoins il faut faire attention à quelques pratique qui peuvent être défavorables pour un site en terme de référencement ! L’exemple de la dissimulation d’un contenu plus au moins important cité dans l’article …

  • / 19 novembre 2012 at 21 h 56 min /

    Répondre

    Merci pour les infos j’avais une vague idée dur le RWD.
    Comment pensez vous que ça va évolué ?

  • / 5 janvier 2013 at 18 h 25 min /

    Répondre

    Bonjour et merci pour ce bon récapitulatif. Le Rwd est en plein essor et pas encore tout à fait maitrisé. On nous impose parfois des versions smartphones sur tablette et l’expérience peut être très désagréable…

  • / 11 février 2013 at 19 h 27 min /

    Répondre

    La technologie est de plus Terren, est imparable.

  • / 2 mars 2013 at 22 h 41 min /

    Répondre

    Très bon billet.
    Merci pour cette liste des avantages et inconvénients, très claire et exhaustive.

    J’hésite à me lancer, je vais encore réfléchir un peu :)

  • / 25 mars 2013 at 14 h 51 min /

    Répondre

    Merci pour cet article qui répond en grande partie à certaines de mes interrogations sur ce sujet!

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *