6 points pour recensez tout ce qui me concerne sur Internet

Supprimer une page nuisible en 24H à 48H

Suppression de pages diffamatoire ou dénigrante en 24 à 48H ! Plus d'informations au 03 66 72 14 71.

Étape 1 de 4

25%
  • Mot-clé à entrer sur Google 
    Ajouter une nouvelle ligne

6 points pour recensez tout ce qui vous concerne

Identifiez les contenus embarrassants que vous – ou d’autres – avez disséminés sur Internet. Avec Google, bien sûr, et de nombreux outils complémentaires vous permettra de mieux gérer votre e-reputation pour ne pas devoir faire appel à des e-nettoyeurs.

1. Googlez-vous

Googlez-vous

Googlez-vous

Premier réflexe évident : googlez-vous en lançant une recherche Google sur votre patronyme. Si votre nom de famille est aussi un nom commun, encadrez-le de guillemets et essayez les deux ordres [“Bruno Marteaux” OR “Marteau Bruno”]. Pensez aux prénoms abrégés si vus avez l’habitude de signer ainsi : “B. Marteau”, “B Marteau”, etc.

Si des homonymes sont référencés, essayez d’ajouter un mot-clé à votre requête, par exemple en rapport avec les sites sur lesquels vous avez l’habitude d’intervenir [“Bruno Marteau” VTT] si vous êtes un passionné, par exemple. Lorsque cela vous est proposé dans la page de résultats, cliquez sur Plus de résultats de […] pour afficher toutes les pages où votre nom apparaît. Créez un dossier de Favoris et placez-y toutes les pages où vous apparaissez et dont le contenu vous paraît problématique – qu’il s’agisse de vos propos ou deux d’un tiers.
Enfin, malgré toute son efficacité, n’oubliez pas que Google n’est pas omniscient : pour ne rien laisser passer, recommencez la manœuvre sur les principaux moteurs de recherche, notamment Bing et Yahoo. Attention aux filtres “Adultes”  qui éventuellement vous cacheraient des résultats : quel que soit le moteur, sélectionnez un niveau de filtre médian [les photos et vidéos sont filtrées, mais pas les textes] ou mieux, pas de filtre du tout.

Googlez vous

Googlez vous

2. Avec 123people.fr

A la limite, ce site fait peur. Propriété du groupe PagesJaunes, 123people va fouiller dans tous les recoins du Web pour dénicher des informations concernant des personnes – célébrités ou simples quidams. Rien de vraiment révolutionnaire puisque tout est en accès libre : Web, blogs, profils sur les réseaux sociaux et les forums, informations glanées dans les petites annonces de sites de vente en ligne, etc.

Mais il suffit d’effectuer une recherche sur son nom (aucune option n’est disponible) pour se rendre compte de l’accumulation de traces numériques que l’on peut laisser en ligne, ou que d’autres laissent pour nous. Cliquez ensuite sur les liens pour afficher les pages originales, et éventuellement les ajouter à votre dossier de favoris.

forum privé

forum privé

3. Dans les newsgroups et les forums

C’est un vague souvenir, mais encore présent : à la fin des années 90, vous vous étiez laissé aller à un bon gros échange trollesque sur le newsgroup consacré aux séries télé de science-fiction fr:rec.tv.series.sf. Une sombre histoire autour des oreilles de Monsieur Spock dans Start Trek… Les noms d’oiseaux avaient volé bas, le point Godwin l’inévitable référence à la Seconde Guerre mondiale) avait été atteint après une centaine de messages. Et tout ceci sous votre véritable nom : à l’époque vous trouviez ça lâche d’employer un pseudo sur les forums.

Cette belle époque, vous la retrouverez assez facilement sur Google Groupes (groups.google.com), qui donne accès aux archives de usenet (ls newsgroups), via une recherche sur votre nom, puis en cliquant sur Afficher le profil. Au passage, vous retrouverez peut-être aussi vos contributions postées dans les groupes Google, voire dans d’autres forums du Web : des milliers sont indexés par ce services.

4. Dans les forums privés

De nombreux forums – notamment ceux consacrés à des sujets pointus – fonctionnent sur un mode privé : seuls les membres inscrits ont accès aux messages et peuvent en poster. Si vous avez sévi dans un de ceux-ci, Google ne trouvera rien : à vous de retourner sur le site (si il existe encore!), de vous connecter et de passer en revue vos contributions.

Si vous avez perdu votre mot de passe, une procédure de récupération existe quasi systématiquement : il faut vous souvenir de l’adresse mail que vous utilisiez à l’époque. Ensuite, cela dépend évidemment des forums, mais utilisez plutôt les outils de recherche avancée que le simple formulaire Google qui équipe de nombreux sites. Selon les cas, la recherche est plus ou moins efficace : celle des forums de la populaire et gratuite plateforme Forumactif (qui à perdu énormément de trafic depuis la mise à jour Google Panda), par exemple, est médiocre.

Sur certains forums, cliquer sur vtre profil permet d’afficher simplement la liste de vos messages postés. Mais n’oubliez pas d’effectuer aussi une recherche sur votre nom et votre pseudo, pour vérifier si on parle de vous sur le forum, et dans quel contexte.

5. Pensez à tout

Anciens pseudos transparents [le_platane_a_robert, adresse e-mail périmées [email protected] par exemple)… : au fil des années, vous avez sûrement utilisé bon nombre d’identifiants pour vous exprimer en ligne. Essayez de les retrouver dans les archives de vos logiciels de messagerie ou dans vos favoris et répétez les recherches précédentes.

Et attention : même si vous croyez que rien ne vous rattache au membre assidu du forum “Désirs interdits”, qui publia sous le nom “Le platane érotique” des blagues salaces, en êtes-vous vraiment sûr ? Les indices laissés sur le Web par les internautes bavards sont innombrables et peuvent servir un jour de passerelle entre deux identités apparemment très éloignées?

Pensez aussi à vos contributions énervées sur les forums d’Ebay, à vos commentaires sur les différents sites d’e-commerce, à votre vieux compte MySpace voire au Skyblog de votre enfance soigneusement alimenté durant la dernière décennie. Mais aussi à votre profil Meetic, abandonné depuis que vous avez rencontré l’âme soeur, ou à celui que vous aviez renseigné sur Copains d’avant en vous espérant drôle, au dernier tweet clash qui vus a opposé à l’un de vos e-ennemis intimes, etc …

Le cas particulier de Facebook, particulièrement sensible dès qu’on évoque le droit à l’oubli numérique, est traité par la suite …

6. Créez des alertes pour rester vigilant (Google Alertes)

Initialement destinées aux actualités, les alertes Google concernent aussi le Web et les blogs. Ouvrez la page Google Alertes, saisissez vos prénom et nom dans le champ de recherche, choisissez le type de contenus scrutés (nous vous conseillons TOUT) et une fréquence d’envoi (Immédiatement minimisera le temps de réaction), le volume de résultat (Tous les résultats pour ne rien rater), saisissez votre adresse mail et cliquez sur Créer l’alerte. Celle ci ne sera active que lorsque vous aurez reçu une confirmation par mail et activé le lien cliquable qu’elle contient.

Pour gérer plusieurs alertes, créez un compte sur Gmail si vous n’en possédez pas encore et connectez-vous à partir de la page Google Alertes. Vous pouvez-aussi utiliser une nouvelle fonction proposée par Google pour surveiller tout problème d’e-réputation : le Dashboard (www.google.com/dashboard), ce tableau de contrôle qui réunit notamment toutes vos données personnelles et la façon dont les applications Google les utilisent.

effacez vos traces compromettantes

effacez vos traces compromettantes

La suite : Effacer vos traces

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
1 réponse

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *