Exploser le nombre d’abonnés à ma salle de sport avec internet

,
abonnés salle de sport

Le secteur du fitness est en plein boom, c’est indéniable. Avec une multiplication du nombre de salles par 6 en 6 ans, les salles de musculation et fitness connaissent une augmentation impressionnante. Mais qui dit croissance du secteur, dit aussi plus de concurrence sur le marché. Si vous consultez cet article, vous n’êtes sûrement pas sans le savoir. Il est maintenant indispensable de savoir comment promouvoir sa salle de sport grâce à internet.

Lire la suite

Le nouveau moteur de recherche de Facebook va-t-il détrôner Google ?

Facebook va-t-il détrôner Google

Google n’a qu’à bien se tenir ! Facebook a retroussé ses manches et a décidé de se remettre au boulot, après plusieurs années sans changement particulier. Il y a quelques jours – très peu de jours – il s’est doté d’un vrai moteur de recherche. Si ce dernier n’a pas à faire rougir Google, il peut en revanche, le faire frémir. 

Ça ressemble fort au premier pas d’un changement profond.

Certes, vous allez me dire que Google et Facebook sont différents, stricto sensu. Mais tous les deux veulent la même chose. Obtenir le plus de trafic possible sur leur plateforme, car plus de trafic signifie plus de clics sur leurs bannières publicitaires et donc plus de bénéfices. Ça reste bien entendu du business !

Et en lançant ce nouveau moteur de recherche, l’annonce est claire, Facebook s’attaque à Google dans sur son propre terrain. 

Depuis toujours, Google cherche à apporter des réponses à nos questions et il le fait de plus en plus précisément, notamment en diversifiant ses résultats. Facebook de son côté, préférait nous divertir et nous permettre de partager avec nos proches, de nouer des liens de proximité avec des entreprises, des marques et des célébrités. Mais dans un sens, il nous donne aussi des réponses. Via ses publicités ciblées par exemple ou en nous proposant des événements adaptés.

Et bien maintenant, vous pouvez poser des questions à Facebook directement dans sa barre de recherche, ici :

La barre de recherche de Facebook

Mais tout son enjeu sera de se doter d’une réelle pertinence dans ses réponses. Car si Google se base en grande partie sur les liens pour effectuer son classement, Facebook lui, ne peut vraiment pas utiliser cet élément.

Mais sa force justement, c’est son aspect social. Là où Google, grâce à sa grande pertinence, diversifie ses résultats en fonction de la requête tapée (si vous tapez « Panda » vous aurez un animal, mais aussi une entreprise, une vidéo musicale, l’algorithme… Un panda n’est pas qu’un simple panda pour Google) Facebook lui, peut se diversifier dans le contenu comme le contenant. Il vous proposera des lieux, des pages, des publications de vos amis et des autres utilisateurs…

Du coup, comme on est tous très souvent sur Facebook, pourquoi on ne se mettrait pas à faire des recherches sur Facebook, notamment des recherches de proximité ? Un bon restaurant, le meilleur coiffeur…

Mais nous allons voir ensemble que ce moteur de recherche pourrait bouleverser notre manière de travailler et d’appréhender le web. 

 

1. Description du moteur de recherche

Il y a quelques jours encore, quand on tapait quelque chose dans la barre de recherche de Facebook, plusieurs résultats s’affichaient en dessous. Des personnes, des pages, des groupes… Forcément, vous tapiez des requêtes précises, vous saviez là où vous vouliez aller, quelle page vous souhaitiez suivre, quelle personne vous vouliez ajouter.

Si vous ne trouviez pas votre bonheur dans ces premiers résultats, vous cliquiez sur la petite loupe, et vous pouviez trier pour regarder uniquement le style de page que vous vouliez. 

Aujourd’hui, tout a changé. 

Déjà, vous n’êtes plus obligé de taper une requête précise, vous pouvez taper ce que vous voulez pour trouver une information, comme sur Google.

Prenons un exemple avec la requête « restaurant Lille ».

Présentation du moteur de recherche de Facebook

Sur la gauche, vous pouvez filtrer les résultats en fonction de ce que vous recherchez :

  • publiés par tout le monde / vous / vos amis / vos groupes / vos amis et vos groupes / selon une source : une personne, une page ou un groupe en particulier
  • Lieu identifié : vous pouvez choisir l’emplacement
  • La date de publication 

En haut, vous pouvez trier les résultats selon la forme qu’ils prennent : 

  • Les meilleurs, qui correspond aux résultats les plus pertinents selon Facebook
  • publications
  • personnes
  • photos
  • vidéos
  • pages
  • lieux
  • groupes
  • applications
  • événements

Dans la partie « Meilleurs », en scrollant vers le bas, vous retrouvez les différentes catégories. À chaque fois, Facebook vous présente deux ou trois résultats par catégorie, à vous de choisir si vous voulez en voir plus.

On retrouve bien ici l’idée de diversification proposée par Facebook dont je vous parlais un peu plus haut.

 

Comment ça marche ?

On imagine bien que comme Google, Facebook va garder ses petits secrets quant à l’algorithme qui gère ce tout nouveau moteur de recherche.

Avec mon équipe, nous avons passé une heure ce matin à faire des tests via différentes recherches. Et on a remarqué plusieurs choses.

Et la découverte majeure, c’est que ce moteur de recherche est assez pertinent, bien qu’il soit assez loin de la précision de Google.

En tapant votre requête, des suggestions apparaissent, on appellera ça Facebook Suggest (oui, comme Google suggest !). Difficile de dire sur quoi Facebook se base pour les afficher, en tout cas elles ne sont pas personnalisées selon votre profil, ce qui aurait pu être très intéressant, car les mêmes propositions se sont affichées pour tous les membres de l’équipe.

Facebook suggest

Petit changement à souligner : en cliquant sur l’une des suggestions, par exemple l’Agence digitale CSV, vous ne tombez pas sur notre page Facebook, mais bien sur la page des résultats de Facebook ! 

C’est une manière de nous montrer que Facebook souhaite absolument que vous passiez par cette case. 

Dans le cas du restaurant à Lille, on me propose d’abord les pages de restaurant à Lille puis les lieux. Ceux qui apparaissent en premier ont d’ailleurs de très bons avis.

Affichage des résultats de restaurant sur Facebook

Ce qui est très intéressant, c’est qu’en un coup d’oeil on a une estimation du prix, les horaires, l’emplacement, qui de nos amis aime ça, les avis et un appel à l’action avec la possibilité d’appeler directement le restaurant ! Exactement comme sur Google.

Prenons un autre exemple avec la requête « Agence de référencement ». Cette fois, on me propose des pages d’agence mais aussi des personnes qui s’appellent « Agence de référencement », ce qui est moins pertinent pour un utilisateur.

Mais il y a aussi des liens, qui envoient vers des articles. Ils sont certainement affichés en fonction du nombre de partage. 

Liens proposés pour la requête "agence de référencement"

Nous avons remarqué que pour qu’un résultat apparaisse, il DOIT contenir le mot-clef EXACT que vous avez tapé. C’est à dire que Facebook ne prend absolument pas en compte le contenu de ce qu’il vous présente mais uniquement son titre. 

Nous avons fait le test avec notre page Facebook « Agence digitale CSV ». En tapant « agence digitale » on la trouve sans difficulté. Mais si on tape « Agence d’acquisition de trafic », un mot-clef contenu dans notre description, nous n’obtenons aucun résultat. Et c’est sur ce point précis que Facebook est moins fort que Google.

Exception quand vous posez certaines questions. L’algorithme de Facebook le comprend car si vous tapez « où manger à Lille », il vous présente les mêmes restaurants que pour la requêtes « Restaurant Lille », avec des articles qui parle des bons restos lillois.

Poser une question sur le moteur de recherche de Facebook

On va dire que pour les noms de marque, de société, il faut utiliser un mot-clef précis, sinon vous risquez de ne jamais les trouver. Exactement comme si vous vous trompiez de prénom en cherchant quelqu’un. Très bon exemple, en tapant « Agence de référencement Lille », une seule page apparait. Tout simplement car aucune page ne contient ces 3 mots dans son titre… Même celle qui s’affiche d’ailleurs !

La pertinence de Facebook a des limites. 

Pour les recherches plus ouvertes, Facebook comprend !  Par contre, ne comptez pas sur la géolocalisation, les résultats présentés ne prennent pas en compte cet élément. 

 

2. Acquérir du trafic avec le nouveau moteur de recherche de Facebook

Se positionner sur des mot-clefs

Je l’ai évoqué plus haut, il est très facile d’apparaître sur un mot-clef s’il est contenu dans le titre de notre page ou de notre groupe. 

Pour avoir plus de chances d’être repéré par les internautes, il faut désormais créer plusieurs pages en optimisant un mot-clef dans son titre, lié de près ou de loin à votre thématique. 

Mais le problème, c’est que ça peut vite devenir la course aux mots-clefs et à la sur-optimisation. Comme à l’époque où Google référençait des sites à partir de leur balise META keywords. Les sites internet y mettaient n’importe quoi à partir du moment où ces mots-clefs étaient tapés sur le web, dans le but que les internautes tombent presque systématiquement sur eux.

Cette méthode, efficace, ferait perdre de sa qualité à Facebook. 

Mais ce qui est sûr, c’est que Facebook met les pages fans en avant. Dans les suggestions dont j’ai parlé, il ne vous suggère pas des groupes de mots-clefs intéressants ou similaires à votre requête mais bel et bien des noms de page. 

 

Le partage de liens 

Les liens font aussi partie de résultats proposés par Facebook. En revanche, impossible de sélectionner uniquement les liens dans la barre du haut, ils n’y apparaissent pas.

Et nous parlons bien uniquement de liens et non des publications qui contiennent un lien. Ils correspondent certainement aux articles partagés à la source, via le bouton de partage du site internet, puis partagés eux mêmes sur Facebook.

Pour apparaître, le titre de l’article doit donc être pertinent du point de vue des mots-clefs et aussi plusieurs fois partagés.

Ce dernier élément est un avantage certain pour les grosses sociétés, qui ont un budget publicitaire conséquent et qui pourront donc facilement mettre leurs articles en avant et obtenir des partages !  

 

Les avis 

Avec ce nouveau moteur de recherche, il est clair que les avis vont devenir aussi important que sur Google. 

Ils s’affichent pour toutes les pages quand vous cliquez sur l’onglet « Pages ». Et comme sur Google, ils sont très certainement pris en compte par l’algorithme ! 

Il faudra donc impérativement pousser vos clients à laisser des avis après leur passage. 

 

Les lieux 

Autre point important. Si vous détenez une boutique, un lieu physique où les gens peuvent se rendre : une agence, un hôtel peu importe, il faut avoir indiquer vos coordonnées géographiques sur Facebook pour que le réseau social vous suggère aux internautes. 

Dans plusieurs tests que j’ai effectué, les lieux apparaissaient même avant les pages !

Là aussi, les avis apparaissent ainsi que les coordonnées, l’adresse, les horaires, la possibilité d’envoyer un message et d’aimer la page associée.

 

Les groupes

Ils prennent de plus en plus d’importance sur Facebook. On peut même dire qu’ils sont l’avenir des forums !

Il existe des groupes sur tout : des groupes de vente, des groupes d’entraide, des groupes de conseil…

Avoir des groupes inhérents à votre société est une nouvelle manière d’attirer du profil sur votre page et donc sur votre site ! Pour être efficaces, il faut bien-sûr qu’ils soient animés régulièrement, sinon ce sera complètement inutile.

Pour qu’ils soient facilement trouvés par les utilisateurs de Facebook, vous avez deux possibilités : 

  • Si vous possédez une marque emblématique, connue par vos clients et prospects, reprenez le nom de votre marque dans le titre du groupe
  • Si vous avez un nom générique, choisissez plutôt un mot-clef lié à votre activité qui sera souvent tapé par les internautes 

 

3. Un outil de veille et d’e-réputation

Et oui. Avec le moteur de recherche de Facebook, vous pouvez avoir une vue d’ensemble de ce qu’il se dit sur Facebook sur telle activité, telle marque, juste à partir d’un mot-clef.

En tapant « Agence digitale CSV » et en allant dans l’onglet publications, on retrouve tous nos posts et tous ceux qui parlent de nous ou ont repartagé nos publications !

Parce qu’en effet, les utilisateurs qui publient en public se retrouvent affichés dans ce moteur de recherche ! 

C’est donc un excellent moyen de faire la veille de vos concurrents et des nouveautés du secteur. Dans les publications publiques, vous trouverez énormément de pages qui publient des articles traitant de telle ou telle thématique. En voyant le nombre de likes et de commentaires, vous pourrez facilement vous faire une idée de la qualité des articles, avant même de cliquer !

C’est le gros avantage de Facebook vis à vis de Google. 

 

L’avis de l’agence CSV, spécialisé en SEO

L’arrivée de ce nouveau moteur de recherche va certainement bouleverser les habitudes de consommation des utilisateurs de Facebook mais aussi les stratégies des entreprises.

Ces dernières vont devoir revoir leur manière de fonctionner et s’adapter à l’évolution qu’aura cet outil. Si plus tard le contenu des pages, profils et publications correspondant au mot-clef tapé est présenté, nous devrons tous optimiser nos publications, nos différentes pages et groupes. 

Une révolution est en marche ! Si vous aussi vous avez essayé cette nouvelle fonctionnalité, faites part de vos impressions en commentaire ! 

Pour plus d’infos, stay connected 😉

E-shop de prêt-à-porter : Augmenter votre taux de conversion

L'ecommerce

Le e-commerce en France se porte plutôt bien. À vrai dire, c’est même le deuxième marché européen derrière celui des britanniques. 

Les ventes en ligne ont connu une très belle évolution ces dernières années, qui s’explique bien-sûr par le développement des ordinateurs, smartphones, tablettes et par l’accès à internet.

Mais tout de même, les chiffres nécessitent d’être soulignés !

En 2009, le marché du e-commerce représentait un peu plus de 20 milliards d’euros. En 2015, ce nombre est monté à près de 70 milliards d’euros ! Et il ne cesse d’augmenter.

Toujours en 2015, 78,3% des internautes ont acheté en ligne, ça représente plus de 35,5 millions d’internautes. On comprend pourquoi autant de professionnels souhaitent profiter de l’occasion offerte par ce secteur !

En France, les sites e-commerce qui sont le plus visités sont Amazon, Cdiscount, la Fnac, Ebay et Voyage SCNF. 

Vous le voyez, ce ne sont pas directement des sites d’habillement. Pourtant, ces derniers sont bien présents dans le top 10 des secteurs les plus concernés par le e-commerce, avec plus de 15% des parts de marché estimées.

Mais quand on démarre, qu’on vient d’ouvrir son site e-commerce de vêtements et accessoires, comment se faire une place sur la marché ? Comment être visible ?

Et même si on est présent depuis déjà quelques années, comment ne pas rester dans l’ombre des géants du secteur et se faire apprécier des consommateurs ?

Il peut paraitre plus difficile de créer une relation de proximité en ligne que dans un petit magasin de centre-ville.

Acheter en ligne est une expérience bien différente de l’achat dans un supermarché ou une petite boutique de mode locale. Ça enclenche des leviers différents.C’est pourquoi en optimisant votre site e-commerce, vous devez offrir les avantages d’un site internet tout en gardant les avantages d’une boutique physique.

Mais ne vous inquiétez pas. Certains procédés existent et permettent de vous lier avec les internautes, de faire partie intégrante de leur vie. Utilisés avec les bonnes techniques de référencement de d’optimisation de votre site internet, vous serez omniprésent dans le navigateur et les smartphones de vos prospects et clients.

Évidemment, les techniques que je vais vous expliquer dans cet article demandent parfois des compétences certaines en référencement et web. Si vous rencontrez des difficultés à les appliquer n’hésitez pas à nous joindre au 03 66 72 14 71 ou à prendre rendez-vous avec nous en cliquant ici.

Allons-y !

Bannière publicitaire prêt-à-porter

 

1. 3 étapes pour être aimé

Le premier objectif de toute boutique en ligne, c’est d’être apprécié des internautes. Car s’ils ne vous aiment pas, vous n’avez aucune chance de convertir !

Il faut vous positionner comme un site de qualité, les consommateurs doivent avoir confiance. Dans un premier temps, il faut vous concentrer sur l’image de marque que vous communiquez en ligne.

Ensuite, bien-sûr, la qualité doit suivre durant tout le processus d’achat ! S’ils rencontrent des problèmes en commandant ou pour la livraison, tout cela n’aura servi à rien. Car mettez-vous en bien en tête qu’un internaute insatisfait postera forcément un avis négatif ! Alors qu’un internaute heureux aura tendance à continuer sa petite vie, sans prêter plus attention au super service que vous lui avez offert.

 

Le SEA & Adwords 

Le SEA signifie littéralement Search Engine Advertizing. Contrairement au SEO (Search Engine Optimization), c’est un service payant. C’est littéralement de la publicité sur les moteurs de recherche.

L’achat se fait principalement au clic en ciblant des requêtes précises. C’est à dire que si un internaute clique sur votre annonce, vous dépenserez une certaine somme d’argent, choisie au préalable dans l’outil de gestion de vos campagnes.

Adwords pour les boutiques de prêt-à-porter en ligne

Sur Google, cet outil s’appelle Adwords. Ça correspond aux annonces publicitaires qui s’affichent en haut des résultats sur les pages de résultats, au dessus des résultats naturels. On les reconnait car elles sont précédées du terme « Annonce ». Ainsi, les internautes ont conscience qu’ils cliquent sur une publicité et non sur un lien naturel. 

Comment ça fonctionne ?

Adwords fonctionne sur un système d’enchère. Vous êtes en concurrence avec les autres entreprises qui souhaitent miser sur des mots-clefs.

Par exemple, si vous souhaitez être référencé sur « Vêtement bébé pas cher », vous devez miser sur ce mot-clef en l’ajoutant à votre liste dans Google Adwords. Vous devez aussi rédiger une annonce pour ce mot-clef (une annonce peut aussi correspondre à plusieurs mots-clefs).

Vous allez donc devoir miser un montant, qui correspond au tarif que vous êtes prêt à payer pour le clic d’un internaute sur votre annonce. C’est ce qu’on appelle le coût par clic (CPC). 

Vous êtes libre de choisir le CPC que vous souhaitez. Mais s’il est trop bas, ça fera le grand bonheur de vos concurrents, puisqu’il y a de grandes chances que vous n’apparaissiez pas ! 

Mais le CPC n’est pas le seul élément pris en compte par Google. Il faut aussi qu’il y ait une cohérence entre le mot-clef choisi et le contenu de votre annonce sinon elle risque d’être censurée.

 

Le SEO

Le SEO quant à lui, consiste à apparaître dans les résultats des moteurs de recherche de manière naturelle, et si possible, à la première position !

Pour cela, il faut se positionner sur certains mots-clef choisis au préalable en fonction de votre activité. Ensuite, il faut optimiser votre site internet en fonction de ces mots-clefs. 

Mais sur un site de vente de vêtements en ligne, il peut être difficile d’optimiser le contenu. Car le seul contenu présent correspond bien souvent aux fiches descriptives des produits ! Ce qui est donc assez limité.

Pour palier à ce problème, vous devez créer un blog annexe à votre site internet. Dessus, rédigez régulièrement des articles qualitatifs qui traitent de votre domaine d’activité.

Des articles de blog annexes à votre site e-commerce

Vous pouvez par exemple parler de vos produits, faire des comparatifs, donner des idées de tenues pour différentes occasions… 

Pour trouver facilement des idées d’articles, utilisez Answer The Public. C’est un outil qui, en fonction d’un mot-clef, vous donne des questions et requêtes régulièrement tapées par les internautes. Ça vous aidera à trouver des idées d’articles !

Propositions données par answer the public à partir du mot vêtement

Quand on regarde cette image, on trouve par exemple :

  • pourquoi s’habiller en blanc lors d’un baptême ?
  • Comment s’habiller quand on a du ventre ? 
  • Comment s’habiller quand on est grande ?
  • Quel vêtement acheter pour un bébé ?
  • Comment s’habiller pour un séjour à New-York ? 

Et j’en passe ! Les possibilités sont infinies !

 

Les réseaux sociaux

Quel meilleur moyen d’entrer dans la vie des gens qu’en étant présent sur leurs réseaux sociaux ? Ces plateformes sont un moyen privilégié d’entrer en contact avec vos prospects et de leur donner envie d’acheter vos vêtements et accessoires.

 

Facebook

Logo facebookAvoir une page Facebook pour votre site e-commerce est une obligation, mais je suis sûre que vous en possédez déjà une. C’est devenu un réflexe pour tous les professionnels.

Ce qui n’est pas encore un réflexe en revanche, c’est l’utilisation de l’outil publicitaire de Facebook, qui est le plus efficace du web !

À partir d’une publication, Facebook vous permet de créer une publicité et de cibler une audience particulière sans forcément dépenser des fortunes ! Et ce surtout le ciblage qui nous intéresse.

Vous pouvez cibler les inscrits sur Facebook selon leur sexe, leur âge, leur formation, leur emploi, leurs intérêts (…) mais aussi selon leurs revenus.

Par exemple, si vous possédez une boutique en ligne de vêtements haut de gamme destinés aux femmes plutôt âgées, vous pourrez cibler les femmes âgées de plus de 50 avec de bons revenus.

De cette manière, vos publicités s’adresseront au BON public et ne finiront pas dans les oubliettes.

Au sein de l’agence, nous avons publié un article sur le service à la personne. Dans notre ciblage, nous avons choisi différents postes qui touchent à ce secteur.

Utiliser le ciblage pour vos campagnes de publicité Facebook

Grâce à Facebook, vous pouvez aussi très facilement connaître le retour sur investissement de vos campagnes. Ainsi, vous verrez facilement quelle publicité a bien fonctionné et au contraire, laquelle vous devriez stopper. 

Dans votre cas, vos publicités doivent être incitatives, offrir des promotions exceptionnelles via un code de réduction par exemple. Il faut donner envie aux internautes de visiter votre site.

Si vos produits ont une particularité, par exemple s’ils sont issus d’agriculture biologique, made in France ou fait main, mettez la en avant. Vous devez correspondre à une certaine image aux yeux des consommateurs.

Ils doivent penser : « Ah mais oui, c’est le site qui ne vend que des produits faits main ! ».

 

Instagram 

Logo InstagramTrès à la mode, Instagram mais aussi Pinterest sont les réseaux idéaux pour les boutiques de vêtements. Entièrement basé sur l’image, ils permettent de mettre vos produits en avant très facilement.

Pour encore plus d’efficacité, il faut créer une réelle ligne éditoriale, un esprit, l’image de marque de votre entreprise. Pour ça, jouez sur un jeu de couleurs dans vos photos, gardez le même esprit.

Sur Instagram, les photos ne peuvent pas être repartagées sur les profils des inscrits. Mais les utilisateurs peuvent se les envoyer en message privé, s’identifier dans les commentaires et ils peuvent aussi enregistrer leurs images préférées… Pour ensuite retrouver les marques qui leur plaisent et acheter leurs produits préférés !

Pour ne rien rater aux opportunités qu’offrent les réseaux sociaux, il faut installer les boutons de partage des différentes plateformes sur votre site. Les internautes pourront alors partager vos produits sur leurs différents médias sociaux.

Ajouter les boutons de partage des réseaux sociaux sur votre site internet

Pensez à partager vos offres promotionnelles à travers ces différents médias. C’est un moyen très efficace de donner envie aux personnes de vous suivre. On adore tous les boutiques qui nous donnent régulièrement des bons de réduction ou la livraison offerte, on se sent privilégié. (Même si on ne l’est absolument pas ;))

 

2. Convertir votre trafic en vente

Maintenant que les internautes arrivent sur votre site, il faut qu’ils ACHÈTENT. 

 

Optimiser votre site e-commerce

Une organisation claire 

Premièrement, en arrivant sur votre site, les internautes doivent pouvoir rapidement trouver les produits qu’ils cherchent. Autrement, ils vont très vite fermer la fenêtre, croyez-moi.

Dans ce but, ajoutez une barre de recherche sur chacune de vos pages organisez votre site, avec un fil d’ariane par exemple, de façon à ce que les internautes ne se perdent pas. Les catégories doivent être claires et bien séparées. 

Via un menu principal, on doit avoir accès à toutes les catégories et leur sous-catégories. Il faut aussi pouvoir trier selon le prix, les couleurs, la marque, la taille, le style…

 

Mise en avant des produits

Qu’est ce qui est le plus important sur un site e-commerce de vêtements ? Les PHOTOS bien-sûr ! 

Contrairement à une boutique physique, il n’est pas possible d’essayer, de toucher les matières, de voir les couleurs de nos propres yeux… 

Vos photos doivent être au plus proche de la réalité et mettre en avant vos produits. Ces derniers doivent être présentés sur des mannequins, ça permettra aux visiteurs de se projeter.

On doit pouvoir zoomer dans l’image pour voir le détail du tissu et des finitions. Si possible, ajoutez une vidéo du mannequin qui défile avec le produit. Les internautes savent qu’une simple photo n’est parfois pas réellement le reflet de la réalité.

Il faut aussi optimiser la description de vos produits. Elle doit être simple et comporter tous les éléments obligatoires.

Rassurez les internautes en leur donnant un guide des tailles et les dimensions de chaque produit. 

Proposer un guide des tailles

Quand on est sûr de ne pas se tromper, on achète plus facilement. Même si aujourd’hui le renvoie est toujours gratuit, c’est toujours une corvée supplémentaire et une déception de devoir renvoyer un produit. 

Tous ces conseils vous permettront de faciliter le processus d’achat de vos visiteurs. Après avoir cliqué sur « Ajouter dans le panier », ils doivent pouvoir très simplement passer à l’achat. Sinon, ils risquent de tout quitter.

 

Les campagnes mailing

Contrairement à ce que vous pensez peut-être, elles sont toujours très efficaces. Mais pour pouvoir lancer de super campagnes, il faut obtenir les coordonnées de vos visiteurs. 

Mettez en place des optin. Quand le visiteur arrive sur votre site, une pop-up s’ouvre et lui demande son adresse mail en échange d’une réduction de 10% sur sa prochaine commande. 

Pop-up pour récolter les coordonnées des visiteurs

C’est la façon de faire la plus répandue pour récupérer des données, et elle fonctionne !

Après cette étape, vous pourrez facilement envoyer des campagnes promotionnelles et vos dernières nouveautés à votre base de données. 

Pour découvrir comment mettre en place une stratégie mailing en or, cliquez ici.

 

Pratiquer le retargeting

Cette technique consiste à cibler un internaute qui a visité votre site internet, a mis des produits dans son panier mais a abandonné avant de finaliser l’achat.

Lors de ses prochaines navigations sur internet, il sera exposé aux produits qu’il souhaitait acheter. C’est une stratégie marketing très efficace !

Par exemple, en écrivant cet article je suis allée sur le site Asos. J’ai donc partout des petites publicités qui me suivent…

Le retargeting, une stratégie très efficace

Ça incitera vos visiteurs et donc clients potentiels à retourner sur vos pages web. Et donc ça transformera un simple visiteur en acheteur ! 

Cette pratique se met en place grâce aux cookies qui permettent de suivre un internaute, au moins de le reconnaître, et donc de lui présenter des publicités ciblées sur tous les devices qu’il utilise en fonction du nombre de pages visitées, des produits regardés…

Ce service est fourni par différents prestataires et son tarif fonctionne au CPC.

 

Être présent sur Google Shopping

Vous l’avez sûrement remarqué, Google Shopping occupe désormais une place très importante dans les pages de résultats ! 

Quand Google détecte un produit, ces résultats arrivent même en premier. Autant dire qu’il est obligatoire que vos produits y soient.

Apparaître dans le bloc Google Shopping

Pour cela, créez un compte que Google Merchant Center. Vous pourrez y importer votre catalogue de produits et le rendre visible sur Google Shopping. 

Après avoir créé votre flux de produits, reliez votre compte Google Merchant Center à Adwords pour créer votre campagne Google Shopping… Et oui, cet outil, longtemps gratuit, est désormais lui aussi payant.

Pour créer votre premier campagne, ça fonctionne comme pour un annonce Adwords classique. Vous choisissez un CPC et fixez un budget quotidien.

 

Les upsell 

On dit qu’il est 10 fois plus rentable de fidéliser un client que d’en acquérir un nouveau. C’est là qu’intervient la stratégie d’upselling, qui signifie littéralement « ventes additionnelles ».

Cette technique permet d’augmenter ses revenus et ses bénéfices en proposant d’autres produits à des clients existants, des ventes additionnelles.

Dans la pratique, ça consiste à suggérer des produits qui viennent compléter des vêtements ou accessoires qui sont déjà dans le panier de votre client, prêt à l’achat… 

Mais ça passe aussi par des campagnes emailing basées sur ce que vos clients ont acheté la dernière fois. 

Une de vos clientes à acheter une paire de chaussures à talons ? Proposez lui la robe qui va avec, et les accessoires, et la veste…!

Proposer en bas des pages de vos produits des « looks » rentre aussi dans cette stratégie. Si par exemple, un de vos visiteurs regarde un pantalon, proposez lui la tenue complète en bas de la page ! Ça pourrait lui donner des idées !

Utiliser la technique de l'upselling La vente d'upsells

 

L’avis de l’agence CSV, spécialiste du e-commerce

Le e-commerce est vraiment une manière de vendre à part entière, qui répond à ses propres codes.

C’est pourquoi il est primordial de mettre en place ces différentes techniques si vous espérez que le trafic arrive sur votre site internet et non sur celui de vos concurrents.

Cette stratégie nécessite une certaine aisance dans le web. Si vous rencontrez des difficultés, n’hésitez pas à contacter notre équipe au 03 66 72 14 71 ou à prendre rendez-vous avec nous en cliquant ici. Nous vous aiderons dans la mise en place de votre projet. 

Campagne mailing : 6 conseils pour réduire le désabonnement

On passe un temps considérable à créer une base de données conséquentes et puis au fur et à mesure, nos précieux prospects se désabonnent. 

Que faire ?

Faire comme si de rien n’était ? Pleurer ? Changer de métier ?

Rassurez-vous, au sein de CSV on n’abandonne jamais. On trouve des solutions.

D’abord, il faut savoir que dans une stratégie marketing, il est tout à fait normal de perdre des abonnés. Il y a toujours des pertes dans une bataille !

Par exemple, si une campagne contient 500 destinataires et que 5 d’entre eux se désabonnent, votre taux de désabonnement sera de 1%.

Ce qui est moins normal, c’est avoir un taux de désabonnement au-dessus de la moyenne. Un moyenne qu’on évalue entre 0,15 et 0,25% par campagne. 

Si cette moyenne vous parait basse, n’oubliez pas que c’est une perte d’argent importante à l’année. Et repensez aussi à vos heures passées à façonner votre base de données.

 

 

Vous vous rendrez vite compte qu’il vaut mieux travailler à garder un abonné qu’à en trouver un nouveau ! Au niveau du temps et de l’énergie dépensés, vous serez largement gagnant. 

En tout cas voyons le bon côté des choses : le taux de désabonnement est un très bon indicateur pour votre stratégie marketing. S’il est élevé, c’est que vous avez raté quelque chose. Il y a un problème quelque part et il faut le résoudre. 

Dans cet article, nous allons passer en revue les différents éléments à prendre en compte pour réduire le nombre de désabonnements. Mais je vais aussi vous donner des solutions alternatives ! Ensemble, on aura le dernier mot, vous verrez !

1. Les bonnes pratiques

Avant de vouloir tout changer, revoyons les bases ensemble.

Premièrement, quelle est la fréquence d’envoi de vos campagnes ? Si elles sont trop fréquentes, vos clients vont vite être agacés et vont chercher à se désabonner. Il ne faut surtout pas qu’ils se sentent harcelés.

Vous devez au contraire leur donner envie de cliquer.

Évidemment, je vous l’accorde, il n’existe pas de fréquence idéale. Sinon, avec le temps, on le saurait. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à effectuer des tests A/B pour trouver la fréquence qui semble la plus appropriée. 

Vous pourrez rapidement définir quelle fréquence génère le plus de désabonnements et l’éviter.

Le problème est que la fréquence idéale n’est pas la même selon les internautes. Certains adorent recevoir des mails de telle ou telle marque alors que d’autres préfèrent des mails plus espacés mais avec une vraie valeur ajoutée par exemple.

Pour palier ce problème, vous pouvez aussi leur laisser le choix. 

Quand ils s’inscrivent, proposez leur différentes fréquences et demandez leur quels types de contenu ils ont envie de recevoir. Leur laisser le choix est vraiment un avantage que nous devons intégrer à notre stratégie marketing. 

De toute façon, peu importe la fréquence choisie, elle sera toujours jugée positive ou négative selon les différents individus. Alors autant leur laisser l’opportunité de choisir ! Vous éviterez ainsi un taux de désabonnement considérable.

Deuxièmement, il faut aussi vérifier la qualité d’affichage de vos mails. Pour cela, il faut les tester sur différentes messagerie et sur plusieurs supports (ordinateurs, tablettes et smartphones).

Ainsi vous verrez rapidement si l’affichage est bien responsive. Il n’y a rien de plus agaçant qu’un mail qu’on souhaite lire et qui s’affiche mal ou qui n’arrive pas à charger les photos.

TO DOT LIST :

  • vérifier les URLs
  • optimiser la taille des images pour faciliter leur affichage
  • penser au texte alternatif si les images ne s’affichent pas
  • vérifier l’orthographe et la syntaxe
  • utiliser un modèle responsive
  • vérifier le code HTML

2. Pourquoi ils se désabonnent

Pour lutter contre le désabonnement, il faut le comprendre. Et oui, le savoir, c’est le pouvoir.

Segmentation et ciblage

Le premier problème rencontré, c’est une inadéquation entre ce qu’attend et espère l’abonné et ce qu’il reçoit.

Et pour lutter contre ça, il faut travailler votre segmentation et votre ciblage. 

Pour comprendre cela, il faut se dire que plus votre liste d’abonnés va grandir, plus les gens qui s’y trouveront seront différents. Vous devez récolter certaines données : socio-démographiques, centres d’intérêts, culturelles… Et j’en passe.

En d’autres termes, on n’envoie pas un mail pour des promotions sur un salon de jardin à une personne vivant en appartement. Compris ? 

Et pour faire cela, il faut segmenter vos abonnés en différents groupes selon les informations que vous avez recueillies sur eux. Plus vos segments seront précis et plus vos campagnes seront efficaces.

Parce qu’après avoir segmenté vos abonnés, vous pourrez cibler correctement vos campagnes. Les offres que vous enverrez seront donc en adéquation avec les envies des destinataires.

Questionner pour comprendre 

Si malgré tout, les destinataires de vos campagnes cherchent à se désabonner, il faut les QUESTIONNER. 

Demandez leur le motif de ce désabonnement. Ce sera une source d’information plus qu’utile. Je dirais même primordiale. Une mine d’or. Bref.

Il faut absolument avoir recours à un questionnaire au moment du désabonnement. Vous aurez des réponses précises et pertinentes aux questions que vous vous posez. Il suffit d’intégrer ces quelques questions au formulaire de désinscription.

Ajouter un questionnaire pour comprendre les désabonnements

Leurs réponses vous permettront d’améliorer vos campagnes et de garder vos abonnés. Et à vrai dire, les réponses sont assez récurrentes : publicités trop importantes, promotions pas suffisamment intéressantes, mail pas assez approfondi…

Ce qu’il est aussi possible de faire après le questionnaire, c’est leur proposer une solution directement. Par exemple, changer le type de contenu ou la fréquence… C’est un moyen supplémentaire d’essayer de les garder.

En proposant une offre ciblée qui correspond à vos abonnés, en cherchant à rester au plus proche d’eux, vous allez générer une réelle fidélité et une relation de confiance.

Le but de toute stratégie marketing.

3. Tester la délivrabilité

Vos abonnés rencontrent aussi peut-être un problème de réception de vos emails. 

Parfois, vous vous rendrez compte que vos mails sont considérés comme des spams. Plutôt embêtant non ? 

Il faut faire des campagnes tests A/B sur différentes messageries pour vérifier la bonne réception.

email providers through the world

De cette manière, vous aurez de meilleurs résultats. Car si des personnes reçoivent des mails en spams et remarquent qu’elles sont abonnées, elles vont rapidement chercher à se désinscrire. 

Pour éviter d’être considéré comme un spam, pensez à positionner votre lien de désinscription de manière à ce qu’il soit visible. Je comprends que vous n’ayez pas envie de faciliter la tâche à vos abonnés mais pourtant c’est bel et bien ce qu’il faut faire.

S’il ne trouve pas rapidement ce lien, ils préfèreront la solution de facilité : vous identifier comme un spam. 

De la même manière, devoir cliquer sur 4 liens différents puis se connecter sur son profil dont on a oublié le mot de passe pour finalement se désinscrire d’une newsletter, c’est un cheminement particulièrement agaçant. 

Par exemple, dans cet email, pour trouver le lien de désinscription, il faut scroller jusqu’en bas de la page : 

Où trouver le lien de désinscription sur une page

Facilitez leur la tâche. C’est un gage de qualité de votre part.

4. Proposer des canaux alternatifs

Vous voulez vous désabonner de nos campagnes d’emailing ? Pas de problème. Suivez nous sur Twitter, Facebook et abonnez-vous à notre blog !

Vous avez compris l’idée ? Si un internaute souhaite se désinscrire parce que les mails ne lui conviennent plus, il peut en revanche vous suivre ailleurs. Les possibilités sont multiples.

Les différents réseaux sociaux comme alternatives à l'mailing

Pour cela rien de plus simple, dans le formulaire de désinscription, proposez leur d’autres solutions. Il arrive régulièrement qu’on se désinscrive car notre boite mails est saturée. On reçoit des notifications de nouveaux mails toutes les 5 minutes. On veut un peu de tranquillité.

En revanche, suivre une marque qu’on apprécie sur Facebook ou Twitter pour rester informé de ses dernières nouveautés, offres et promotions, c’est une solution qui peut nous plaire ! 

Il est aussi possible, au moment de la désinscription, de proposer une pause comme alternative. Cela signifie que vous arrêterez d’envoyer des mails à cet abonné pendant un laps de temps défini : 3 semaines, 2 mois, 6 mois, laissez lui le choix. 

Cela peut correspondre à une période de vacances par exemple. De cette manière, quand on se connecte à nouveau à sa boite mail, pas de risque de noyade sous un flux continu de messagerie !

5. Proposer l’exclusivité

À quoi bon recevoir des dizaines de mails d’offres, d’information et de réductions en tout genre si nous pouvons tout trouver sur le site internet de la marque ? 

C’est pourquoi votre mail doit proposer un contenu exclusif. De cette manière, si les internautes souhaitent se désabonner, ils se couperont définitivement de certaines informations en leur âme et conscience.

En effet, la valeur ajoutée d’un email doit être sa capacité à proposer du contenu exclusif à des personne privilégiées. Il serait complètement contre productif de trouver toutes ces informations sur la première page de votre site internet par exemple.

Par exemple ici, je me suis renseignée sur Babbel pour commencer à apprendre l’espagnol. Depuis j’ai droit à des offres exclusives, qui je l’avoue, me tentent beaucoup !

Babbel : promotion exclusive en emailing

Il peut donc être intéressant de mettre en place des promotions exceptionnelles ouvertes uniquement à vos abonnés. Vous pouvez aussi leur transmettre certaines informations en avant-première, les informer d’un événement en rapport avec votre thématique, leur faire découvrir d’autres choses.

Il faut considérer votre base de données pour l’envoi de vos campagnes emailing comme un club privé. Les personnes qui y sont présentes ont accepté de vous fournir leurs coordonnées en échange de certaines offres et informations. Ces dernières doivent être pertinentes et valoir le coup. Sinon vos abonnés auront l’impression de s’être fait avoir ! 

6. Si jamais ils vous quittent quand même…

Évidemment, il arrivera dans votre carrière de marketer que certains de vos abonnés vous quittent quand même. 

Et c’est normal. 

Mais même s’ils vous quittent, vous ne devez pas les détester. Au contraire, montrez leur qu’ils n’étaient pas qu’une ligne supplémentaire dans votre base de données. Et pour qu’ils aient cette impression, il n’y a qu’une solution :

UN MAIL DU BOSS. 

Très souvent, une marque possède son représentant, la figure plus ou moins connue de la société. Si ce n’est pas le cas, précisez bien dans votre mail le statut de cette personne et envoyez leur un mail personnalisé. 

Je dis bien « personnalisé » car cette personne ne doit pas avoir l’impression d’être une fois de plus dans une boucle envoyée à des milliers de personnes. Elle doit se sentir unique.

Dans votre mail, demandez lui de vous expliquer pourquoi elle a décidé de se désinscrire, ce qui lui a déplu dans vos campagnes, ce qui lui manquait pour rester.

Les réponses que vous obtiendrez seront une véritable mine d’or pour vous. Car si les gens prennent la peine de répondre à ce mail, c’est pour répondre en profondeur. Ils vous donneront un avis détaillé, approfondi et peut-être même constructif.

À partir de ces informations nouvelles, vous pourrez avoir un avis plus éclairé sur votre stratégie marketing et la modifier pour qu’elle corresponde davantage aux attentes de vos abonnés.

Pour conclure

Avec un soupçon de bon sens et la mise en place d’une vraie stratégie de mailing, votre taux de désabonnement devrait considérablement diminuer.

Il faut avoir conscience que les internautes reçoivent des dizaines de mails par jour, autant dans leur vie professionnelle que leur vie privée. Pour qu’ils restent auprès de vous, il faut les choyer. 

Si vous aussi, vous avez réussi à limiter votre taux de désabonnement ou si vous avez d’autres conseils à partager, n’hésitez pas à l’indiquer en commentaire ! 😉