Comment garder la rapidité de son site en étant mobile friendly

site mobile friendly

Cindy Krum a récemment publié une amorce de lecture incontournable sur les changements à venir pour les sites mobile friendly que je recommande vivement de vérifier avant de procéder. Vous comprenez ? Super. Avec la course folle pour optimiser les sites mobiles avant le 21 Avril (Date de la prochaine mise à jour Google), il peut être très facile de sacrifier la performance dans le processus. Nous nous souviendrons, Google l’a mentionné à plusieurs reprises que la performance d’un site Web est également un facteur dans le classement de recherche, la première fois en 2010 pour les sites de bureau et de nouveau en 2013 pour les sites mobiles.

Dans ce post, je vais vous présenter les quelques meilleures pratiques à garder en tête lorsque vous effectuerez la conception de votre site mobile. De plus, je vous suggère de consulter quelques bonnes documentations sur Google à propose des sites mobile-friendly.

La mesure de performance de votre site mobile

[emaillocker id=11971]

La première étape indispensable pour améliorer les performances de votre site mobile est de savoir où vous en êtes. Il y a un grand nombre d’outils gratuits et payants pour faire cela. Mais deux de mes favoris sont intégrés dans les outils et WebPageTest développeurs de Google Chrome. Par souci de simplicité, j’utiliserai Chrome developper tools dans cet article.

Vous n’êtes pas développeur ? Pas de soucis, utiliser les outils Chrome est vraiment facile :

  1. Ouvrir Chrome
  2. Cliquer sur le petit Hamburger en haut sur le côté droit. (Ce sont les 3 lignes pour paramétrer votre session.)
  3. Sélectionner “Plus d’outils” et “Outil de développeur”

 

Vous verrez un écran avec beaucoup d’infos juteuses. Plus important encore, au sommet il y a un menu déroulant avec de nombreux émulateurs mobiles et tablettes. Ce qui est plutôt très intéressant.

Maintenant, sélectionnez un dispositif d’intérêt, inscrivez Apple iPhone 6. Entrez votre adresse WEB dans la barre d’adresses, tapez Entrée et voila! Vous avez maintenant la possibilité de voir votre site comme un Iphone 6 le fait. Faites défiler vers le bas pour voir des statistiques de performances intéressantes comme le temps total de chargement de page, la taille de la page, et le nombre total de demandes. Cliquez sur l’onglet « Réseau » pour une vue particulièrement utile de diagramme en cascade, comme indiqué ci-dessous :

Optimisation des images pour mobile :

Selon l’Archive HTTP, les images représentent en moyenne plus de 60% de votre contenu total de pages. Assez intuitif, les images gouvernent le web à l’heure actuelle. Allez-y et vérifiez votre propre page avec Chrome Developper Tools et vous verrez probablement des chiffres similaires. Lors du téléchargement de votre site sur mobile, si vous disposez d’images lourdes, le chargement sera très long.

Il existe toujours des bonnes pratiques pour optimiser les images de votre site. Il y a d’autres considérations à prendre en compte pour les sites mobile friendly. En effet, les grandes images de 1 600 PX que vous utilisez sur votre bureau seront totalement gâchées pour un affichage plus petit sur téléphone ou tablette.

La solution ? Privilégiez le téléchargement d’images plus petites pour vos utilisateurs mobiles. Cela montrera à Google que vous faîtes attention à vos internautes.

Rapide point de vue : Pour cet exemple, et votre site mobile en général, soyons sûr que vous ayez spécifié la balise meta viewport dans la section de la tête de votre page. Actuellement, cela prouve que votre site mobile est responsive, et que vous n’essayez pas d’auto régler votre grand site pour bureau au site mobile.  De plus, si cette balise n’est pas présente, vous obtiendrez des résultats différents dans votre Chrome test ci-dessous.

<meta name= »viewport » content= »width=device-width, initial-scale=1.0″ />

Le mauvais choix

Le responsive design fait un usage intensif de requêtes de médias de style CSS afin d’adapter les tailles aux sites mobiles. C’est donc une approche à écarter afin de ne pas obtenir quelque chose comme ceci :

 

Ce code affiche une image lorsque la résolution d’écran est large, et une plus petite image différente lorsque la résolution est plus petite.

 

Cela semble très bien sur la page rendue, mais il y a un gros problème: les deux images sont téléchargées! Pour vérifier, charger cet échantillon dans Chrome et vous verrez quelque chose comme ceci :

Ce n’est pas bon; en fait, cela est encore pire! Vous perdez votre temps pour le téléchargement d’une image qui ne sera même pas représentée!

La bonne technique d’un site mobile friendly

Au lieu de cela, pensez à utiliser le style background-image sur un DIV pour obtenir le même effet, par exemple:

Charger sur les outils Chrome et vous verrez cela :

Seule l’image mobile a été chargée … C’est beaucoup mieux! Bien sûr, il y a une mise en garde: vous devez utiliser background-image avec un DIV, vous devez fournir également la largeur et la hauteur de l’image dans le CSS pour cette classe. Cela peut être gênant pour beaucoup d’images, ou pour les images qui changent fréquemment de taille, mais si vos images « héros » sont relativement statiques dans la nature, l’utilisation stratégique de cette technique pourrait apporter une amélioration significative de la performance de votre site mobile.

A prendre en compte : Lorsque cela est possible, utiliser les requêtes de médias CSS et le style background-image pour rendre conditionnellement les images mobiles. Cela ne peut faire sens pour vos plus grandes images.

Donner de l’importance au Jquery

Oui vous avez bien lu, jQuery est la bibliothèque de choix pour l’écriture de JavaScript. C’est un élément indispensable dans le monde du web.

jQuery est en effet très utile, mais rappelez-vous que l’un des objectifs de conception d’origine était de fournir une interface cohérente qui correspond au W3C recommandé API à travers divers navigateurs au comportement des normes différentes (et souvent brisées) d’implémentassions. jQuery vous permet d’éviter d’écrire « si Internet Explorer faire cela, sinon cela » code.

MAIS, une interface unificatrice de jQuery est beaucoup moins nécessaire sur mobile. Le mobile est dominé par les navigateurs WebKit qui est un dérivé tels que Safari ou Chrome, donc il y a moins de problèmes d’en faire abstraction. Pesant près de 200 KB, jQuery est une bibliothèque importante à télécharger, même avec une utilisation libérale de la mise en cache. Après avoir compressé les fichiers, vous serez autour des 30 KB.

Mais attendez, vous dites; vous voulez toujours garder l’interface JavaScript jQuery ? Il est assez agréable à utiliser c’est vrai – alors penchez vous sur Zepto Js à la place. Bien qu’il ne soit pas aussi riche en fonctionnalités que jQuery, il pèse à peine 5 Ko lorsqu’il est compressé, soit à peu près six fois plus petit! Depuis que Zepto est largement compatible avec jQuery vous ne devriez pas avoir à réécrire de code pour l’utiliser. Pour la plupart des sites JavaScript de base, Zepto est plus que suffisant.

Mon conseil: Réduisez les bibliothèques tierces que vous incluez, et envisagez d’utiliser Zepto Js comme une alternative à jQuery si vos besoins en javascript sont basiques.

Revoyez vos options Cache

Les développeurs web intelligents réduisent la taille de leurs ressources dans le but de minimiser les temps de chargement. Cependant les meilleurs développeurs web empêchent le besoin de télécharger ces ressources en premier lieu.

C’est là que le cache du navigateur entre en jeu. Si vos images, CSS, JavaScript ne changent que très rarement, pensez à les mettre en cache. De cette façon, vos utilisateurs ne téléchargeront qu’une fois les ressources nécessaires, et de ce fait, lorsqu’ils entreront à nouveau sur votre site internet, ils n’auront plus la nécessité de télécharger les ressources.

Pour cela Mobify a une belle et très utilisée mise en-têtes de mise en cache, et il y a beaucoup de grands outils gratuits qui peuvent tester vos paramètres de mise en cache, y compris l’REDbot super cool, WooRank, et notre propre Zoompf. Si vous utilisez un serveur web Apache ou nginx, envisagez de permettre mod_pagespeed afin de simplifier la configuration de votre cache. Si vous avez un site WordPress, le plugin W3 Total Cache est excellent.

A retenir : la mise en cache est l’un des moyens d’optimisations de performance les plus efficaces que vous pouvez utiliser surtout pour les sites mobiles.

Vous aimez les GIF animés ? Votre navigateur n’en fait pas 

Les GIF animés ont connu leurs limites, mais le format est daté et nous voyons qu’il est désormais très ancien, surtout au niveau technologique qui n’est plus adapté. Datant de près de 30 ans, des GIF animés sont gonflés et lourd à télécharger, surtout quand votre GIF animé est un vidéo-clip. Pensez à utiliser la vidéo HTML5 au lieu d’un film d’animation GIF. Tous les navigateurs modernes le prennent en charge, et les vidéos HTML5 sont généralement de 10% ou moins de la taille d’un GIF animé équivalent.

Une autre option est Imgur. Lorsque vous téléchargez des GIF animés sur Imgur, ils seront automatiquement convertit dans un format qu’ils appellent GIFV. GIFV est essentiellement juste une vidéo HTML5, mais avec une taille optimisée de manière significative. Imgur gère l’hébergement de vos vidéos, et sert éventuellement le fichier jusqu’à GIFV ou GIF en fonction des capacités du navigateur de vos utilisateurs (bien que la plupart de tous les navigateurs modernes prennent en charge la vidéo HTML5).

A retenir : Essayez d’éviter des GIF animés pour les clips vidéo ou des animations complexes. Les protocoles vidéo modernes qui sont utilisés par la vidéo HTML5 et GIFV offrent la hausse de performance et réduisent les temps de téléchargement pour vos utilisateurs.

Le futur : HTTP/2

Le web évolue lentement vers HTTP / 2, et ce n’est pas trop tôt. HTTP / 1.1 est présent depuis plus de 15 ans et montre des signes de l’âge, surtout quand il s’agit de la connectivité fiable / intermittente dans les appareils mobiles.

HTTP / 2 jouit déjà des navigateurs généralisés et des supports du serveur. Bien que je ne recommanderais pas de se précipiter dans un HTTP / 2 pour le 21 Avril (date de la prochaine mise à jour de Google pour les sites mobile-friendly).

A retenir: Prévoyez une date dans le futur proche pour adopter HTTP2 .

Pour conclure :

Construire un site web réactif, mobile-friendly nécessite beaucoup plus que de peaufiner les styles et les étiquettes pour plaire au robot Google. Il y a des nuancées, des considérations spécifiques mobiles qui, si elles sont ignorées, peuvent ralentir de manière significative votre site mobile et tuer votre expérience d’utilisateur. Heureusement, il existe de nombreux outils gratuits pour vous aider à évaluer les performances de votre site mobile, y compris WebPageTest, Chrome Developper Tools, Google Insights PageSpeed et Rapport gratuit Zoompf. Et bien sûr, assurez-vous de tester avec le propre outil de test mobile-friendly de Google.

Article susceptible de vous intéresser : Le guide du SEO

Source : MOZ

[/emaillocker]

L’importance du Responsive Design pour les SEOs

L'importance du responsive design

Depuis février 2012, le smartphone a quasiment atteint 50% du marché mobile aux Etats-Unis. 2012 est ENFIN « l’année du mobile », et cela signifie que vous avez besoin de vous faire votre propre expérience en tant qu’utilisateur.

Ami SEO, gardez un œil sur vos statistiques Google Analytics  – le marché du smartphone n’a pas fini de progresser (Comme le constate cette étude sur les mobinautes)! Avec toute l’attention que le responsive web design attire, que pourrait faire d’autre les marketeurs et les SEO qui veulent réussir que de s’orienter vers des stratégies mobile à long terme ?

Avant tout, qu’est-ce que le Responsive Web Design ?

En bref, le RWD (Responsive Web Design, «Web Design réactif» en français) est une technique utilisant une mise en page souple (qui « étire » l’écran en s’adaptant dynamiquement au mieux) en plus des « media queries » CSS, qui appliquent différentes feuilles de style (CSS) basées sur la taille de l’écran de l’appareil.

Avec un design réactif, votre site web s’ajustera à n’importe quel appareil doté d’un « explorateur plein » : smartphones, iPad + d’autres tablettes (aussi bien en mode portrait que paysage), et même TV. Peu importe si la résolution de la Galaxy Tab est différente de celle du téléphone Nexus S – votre site apparaîtra merveilleusement beau, à condition que le Responsive Design ait été correctement exécuté.

Responsive Web Design

Responsive Web Design

Exemple de Responsive Web Design installé par UC San Diego.

L’un des exemples les plus connus de Responsive Web Design est le site BostonGlobe.com : allez simplement sur le site et redimensionnez votre écran de navigateur : il s’ajustera automatiquement à la largeur de votre navigateur. BostonGlobe est probablement le plus grand et le plus complexe des sites ayant mis en œuvre cette technique, mais il y a des centaines d’autres exemples disponibles sur mediaqueri.es, dont UC San Diego, Smashing Magazine, et plus encore.

Quelles sont les alternatives au Responsive Design ?

Le Responsive design est devenu sujet à controverse depuis le développement du mobile. Certaines personnes le voient comme la meilleure solution pour améliorer son expérience d’utilisateur de mobile (et de tablette), bien que ce ne soit pas toujours le cas. Le propos de ce post est d’étudier le Responsive Web Design en détails, mais afin d’en avoir une image fidèle on verra aussi deux alternatives à la « mobilité croissante » permise par le RWD (Responsive Web Design).

Site alternatif pour mobile

Habituellement hébergés par un subdomain en « m. », les sites pour mobiles sont généralement développées à partir de rien. Les visiteurs seront redirigés vers le site mobile quand le serveur aura détecté que leur user-agent (agent utilisateur) est un smartphone.

Par exemple, l’user agent pour un iPhone ressemble à ça :
Mozilla/5.0 (iPhone; U; CPU iPhone OS 4_3_2 like Mac OS X; en-us) AppleWebKit/533.17.9 (KHTML, like Gecko) Version/5.0.2 Mobile/8H7 Safari/6533.18.5

Application mobile

Alors que les applications mobile (Apple iOS, Android, Blackberry, ou Windows Phone) sont les meilleures pour contrôler l’expérience utilisateur et pour tirer avantage des capacités hardware des smartphones, elles sont coûteuses à développer et ne font pas partie du « web ouvert», rendant impossible l’indexation correcte des moteurs de recherche.

Comment Google indexe-t-il les sites Responsive ?

Il y a environ 6 mois, Google présentait un nouvel outil d’indexation pour smartphone, qui imite l’user agent de l’iPhone. Alors que le Responsive Web Design ajuste simplement la page à la taille de l’écran et ne modifie pas le contenu basé sur l’user agent du mobile, Googlebot-Mobile a accès au contenu du site entier (HTML, CSS, images, etc).

La seule différence est que dans le cas où Google peut lire à travers les CSS et comprendre les media queries utilisées par le Responsive Web Design, il peut également voir quels éléments sont cachés sur votre site mobile (on ne le dirait pas, mais c’est toujours une question ouverte). Par mesure de sécurité, je ne cacherais aucun élément qui renfermait du contenu important d’une largeur de plus de 600 px.

Prévisualisations d’image dans les SERP (page de résultats d’un moteur de recherche)

Le SERP de Google mobile montre la liste des prévisualisations sur les derniers smartphones. Pour ceux dotés d’un design réactif, la prévisualisation est montrée avec une largeur d’environ 640px (la résolution de l’iPhone en mode portrait). Voir les exemples de captures d’écran ci-dessous.

Serp Google responsive

Serp Google responsive

Indexation et mise en mémoire tampon (avec une expérience!)

J’ai fait une expérience pour voir si Google indexe vraiment les pages crées spécifiquement pour mobiles. J’ai suivi ces étapes :

  • En bas de chaque page de mon site, j’ai ajouté un texte qui vise les agents utilisateur mobile et qui est uniquement visible si l’appareil du visiteur est un smartphone.
  •  Le texte exact (qui est « mobphone teststring ») n’est apparu ni sur Google ni sur Bing
  • J’ai choisi « Analyser comme Googlebot » (Mobile : Smartphone) dans les outils administration. Le résultat a montré que mon texte est visible avec Google Bot. (27 avril, 21h).
  • J’ai attendu que me pages s’indexent à nouveau (j’ai vérifié les registres de mon serveur après avoir activé « Analyser comme Googlebot »)
  • J’ai cherché « mobphone teststring » sur Google et Bing… Aucun résultat trouvé (toujours pas, après 10 jours).
  • En cherchant mon propre site sur Google avec un smartphone, les pages mise en mémoire tampon de l’accueil et « mobphone teststring » n’apparaissent pas.

VERDICT: Quand on charge les versions mobile de pages localisées au même URL, comme les pages d’accueil (que ce soit par le Responsive Web Design ou en ciblant avec l’user-agent) :

Google ne met pas en mémoire les versions mobile de vos pages.

Actuellement, Google semble ignorer tout contenu visible uniquement par les visiteurs mobile.

Si le but de votre visiteur est différent sur le site mobile que sur un site avec page d’accueil (par exemple les sites d’assurance automobile : citations sur la page d’accueil contre assistance dépannage sur le mobile), alors je serais plutôt d’accord avec Bryson Meunier :

Actuellement, l’approche hybride des URLs pour mobile (ayant un sous-domaine en « .m ») assurerait que le contenu du site mobile est indexé et traité également avec les sites normaux.

(Même si à la fin de ce post, je décris comment j’aimerais voir cela pris en charge à long terme par les moteurs de recherche).

Bing et les mobiles.

Alors que Bing n’a pas d’indexateur séparé pour les mobiles qui imiterait un smartphone, BingBot a l’air d’indexé les sites de base et les sites mobile. Ainsi, un post assez récent de Duane Forrester parle de la politique de « l’URL-unique » pour tous les appareils comme préférant Bing. Je n’ai pas pu trouvé d’autre information en ligne, dans les registres du serveur, ou par mon expérience (Bling ne permet pas de voir les pages en mémoire tampon sur mobile).

Responsive Web Design : Liste exhaustive des avantages et des désavantages

Le Responsive design n’est pas une solution intégrale pour mobile. D’après l’auteur du livre du Responsive Web Design, Ethan Marcotte:

« Mais surtout, le responsive web design n’a pas été crée pour remplacer les sites web mobile. (…) Et comme stratégie de développement, il est destiné à être questionné afin de voir s’il répond aux attentes de votre projet. »

En gardant cela à l’esprit et en considérant les implications de la liste ci-dessous, le Responsive Web Design répond-il aux besoins du projet ?

Les 7 AVANTAGES du Responsive Web Design.

  1. L’expérience utilisateur (l’ « UX » anglais) : Le website s’ajuste à n’importe quelle taille d’écran, ce qui en fait une bonne solution de long terme pour l’expérience utilisateur avec la pléthore actuelle d’appareils (dont les hybrides mobiles / tablettes). En cachant des éléments qui ne sont pas cruciaux pour les visiteurs mobile, il les aide à satisfaire leur quête plus rapidement.
  2. Analytics : Une vue intégrale de tout le trafic. Pour avoir un aperçu des visiteurs sur mobile, créer une catégorie « mobile seulement » (notez que par défaut, Google Analytics place tout dans la catégorie « mobile »).
  3. Partage / Liens : Un lien URL pour accumuler tous les partages, likes, tweets, et liens entrants. Contribue à une meilleure expérience d’utilisation aussi : avez-vous déjà cliqué sur un lien dans un tweet juste pour voir la version mobile d’une page dans votre navigateur complet ? #UXfail
  4. SEO (Optimisation pour les moteurs de recherche) : Avec l’avantage ci-dessus, un URL cumule tous les liens, PageRank, Page Authority, etc. Cependant, comme les moteurs de recherche deviennent plus intelligents pour déterminer les relations entre les pages optimisées pour mobile et les pages pour ordinateur, cet avantage ne comptera pas.
  5. Développement : le Responsive Web Design enlève le souci de redirection de lien, sans agent utilisateur (cliquez ici pour en savoir plus).
  6. Maintenance: Maintenance : Une fois votre site activé, il y a très peu de maintenance à faire, contrairement à l’entretien d’un site mobile indépendant. Il n’est pas nécessaire d’entretenir une liste d’user-agent avec mises à jour.
  7. Architecture de l’Information (AI) : Avec une relation unique avec le site de base, le mobile imite a même AI que le site complet, en réduisant le temps qu’il faut pour s’habituer à utiliser le site mobile.

Les 5 DESAVANTAGES du Responsive Web Design.

  1. Expérience utilisateur / Temps de chargement : Les utilisateurs doivent télécharger inutilement un code HTML/CSS (ce n’est pas une grosse affaire) et la plupart du temps, les images sont simplement écrasées NON redimensionnées – ce qui a un impact négatif sur le temps de chargement (plus gros problème). je vous invite à lire notre article pour garder la rapidité de votre site mobile friendly dans cet article
  2. SEO : Avec le Responsive Web Design, vous ne pouvez pas ajuster facilement titres, descriptions, et le contenu pour les utilisateurs mobile. Ils utilisent différents mots-clés, sont plus enclins à utiliser la recherche vocale, et parfois il y a une variation significative (utilisez l’outil Google de mot-clé, qui sépare les recherches mobile). EDIT23/08/2012

    « Par rapport au désavantage 2/, il est tout à fait possible de servir dynamiquement des TITLE différents suivant la plate-forme. Ainsi, les titres seront optimisés pour la recherche mobile et desktop. » Merci à Laurent dans les commentaires

  3. SEO : D’après mon expérience, Google ne classe par les sites basés sur un contenu mobile uniquement localisés au même URL. Si votre site réactif vise les user-agents pour servir un certain contenu pour mobile uniquement, il ne sera pas indexé ni utilisé pour classer votre site.
  4. Développement : Le développement initiale du Responsive Web Design prend plus de temps. Il est habituellement plus facile de créer le Responsive Web Design de rien puis de convertir un site existant.
  5. Design : Comme les mises en page du Responsive Web Design sont dynamiques (autre que deux extrêmes : celles du site mobile et du site complet), il y a moins de contrôle sur l’apparence des mises en page intermédiaires et il est long pour les designers de montrer toutes les maquettes possible au préalable. En effet, ils montrent habituellement des grilles et de maquettes du bureau + des mises en page pour mobile. Lorsque les deux sont approuvées, le Responsive Web Design est installé et les designers peuvent alors montrer des mises en page opérationnelles pour toutes les tailles d’écran.

J’ai essayé de faire une liste aussi exhaustive que possible. Je vais ajouter quelques généralisations ci-dessous, mais au final c’est à vous de voir si le Responsive Web Design est la meilleure solution pour votre stratégie pour mobile.

Quand utiliser le Responsive Web Design a un sens (et n’en a pas).

Comme mentionné plus haut, le Responsive Web Design n’est pas une solution miracle ; par conséquent, il marche pour certains sites mieux que pour d’autres. Voici quelques généralisations, mais soyez certains d’éplucher la liste complète des pour et des contre si cela n’est pas encore fait.

  • Si votre site web contient moins de 50 pages, n’inclut pas de fonctionnalités avancées, et que l’attente d’un utilisateur n’est pas radicalement différente que sur un appareil mobile, il y a fort à parier que le Responsive Web Design peut être une solution adéquate pour améliorer la navigation du l’utilisateur mobile.
  • Si votre site web est assez simple, sans trop de types de pages différents (c’est-à-dire pages d’articles, de catégories, surf, etc) et que le visiteur n’en a pas une utilisation significativement différente sur un appareil mobile, le Responsive Web Design peut être une bonne solution pour perfectionner son usage.
  • Si vous avez un site complexe avec de nombreux types de pages, que l’attente de l’utilisateur n’est pas très différente sur le mobile et que vous planifier un réaménagement, vous devriez au moins réfléchir au Responsive Web Design.
  • Si les visiteurs ont des buts incontestablement différents en utilisant votre site à partir d’appareils mobiles, il est probable que le Responsive Web Design n’est pas fait pour vous.

Assurément, les visites depuis mobiles continuent à progresser, mais malgré les derniers rapports seuls 9% du million de sites les plus visités sont accessibles sur mobile (d’après Mongoose Metrics), la majorité absolue des sites web sont en fait accessibles sur smartphones – depuis 2007, lorsque Apple présentait la possibilité de naviguer sur n’importe quel site web sur l’iPhone. En fait, Apple croit avoir délivrer un si bon produit (un navigateur complet qui rend les téléphones « intelligents ») qu’il n’y a pas de besoin pour les sites mobile : sur un smartphone, Apple.com est le site complet.

Comme pour n’importe quel autre projet, se donner des buts et des attentes réalistes pour le site mobile ( « augmenter le taux de conversion de segment mobile par X% » ou  » augmenter le taux de satisfaction des clients qui accèdent au site mobile de X% ») et déterminer si c’est suffisant pour justifier l’investissement avec votre « user base » mobile actuelle, compte-rendu de la progression de ce marché.

Là où je voudrais voir la recherche sur mobile.

Dans la mesure où les moteurs de recherche progressent, à mon humble avis, il est dans leur intérêt de déterminer l’attente des utilisateurs en fonction de l’appareil qu’ils utilisent. Cindy Krum de MobileMoxie a écrit sur les différences d’affichage de la page de recherche en fonction de l’appareil utilisé, et je pense que nous verrons bientôt plus de ces avances d’amélioration.

Nous ne pouvons vraiment pas attendre que Bob, propriétaire d’un restaurant, fasse une recherche par mot-clé pour déterminer si les utilisateurs mobile faisant des recherches veulent plutôt voir le menu que la section « à propos du restaurant » sur la page d’accueil.

Les moteurs de recherche ont besoin de développer davantage et offrir aux visiteurs mobile des pages plus susceptibles d’être visiter (rien de nouveau), mais d’adapter cette possibilité pour le mobile.

Mise à jour :

Depuis hier (6 juin), Google a pris parti pour la construction de sites web optimisés pour smartphones et a déclaré que le Responsive Web Design est la configuration recommandée par Google. Ceci étant dit, les avantages et désavantages du Responsive Web Design listés dans ce post restent les mêmes.

Article traduit de Seomoz.org : Responsive Web Design: The Ultimate Guide for Online Marketers