URL et Référencement

Meilleure URL pour le SEO

Les 15 Meilleures Pratiques SEO pour des URLs structurés

Il y a bien longtemps que nous avons couvert une des composantes fondamentales du SEO – la structure des noms de domaine et des URLs – et je crois qu’il est grand temps d’y revenir. Cependant, voici un avertissement important avant de commencer: les structures et pratiques optimales que je décrirai dans les conseils ici-bas ne sont PAS absolument essentielles sur une/toutes les pages que vous créerez. Cette liste devrait servir en tant que « ça serait génial si on pouvait », et non en tant que « si nous ne faisons pas les choses comme ça, les moteurs de recherche ne nous classeront jamais bien ». Google et Bing ont fait beaucoup de chemin et ils peuvent supporter beaucoup de défis techniques, mais comme toujours avec le SEO, le plus facile nous rendons les choses pour les moteurs de recherche (ainsi que pour les utilisateurs), de meilleurs résultats vous obtiendrez.

#1 Dès que c’est possible, utilisez un domaine unique et des sous-domaines

Il est difficile d’argumenter cela considérant la prépondérance de preuves et d’exemples de gens qui déplacent leurs contenus d’un sous-domaine à un sous-dossier et qui remarquent de meilleurs résultats (ou pire, qui déplacent leurs contenus à un sous-domaine et perdent de l’achalandage). Peu importe les heuristiques utilisées par les moteurs de recherche afin de déterminer si tel contenu devait hériter des aptitudes de classement de son domaine parent ou non, il semble que ces aptitudes ont constamment de la difficulté à passer au sous-domaine.

Cela ne veut pas dire que ça ne peut pas fonctionner, et si l’ajout d’un sous-domaine est la seule manière avec laquelle vous pouvez organiser un blog ou produire le contenu dont vous avez besoin, c’est mieux que rien. Cependant, il y a plus de possibilités que votre blog ait de meilleurs classements et aide le reste de votre site à être plus performant si le tout se retrouve dans le même sous-domaine racine.

Image 1

Pour plus de détails et plein d’exemples (dans la publication et les commentaires), visionnez ce tout récent Whiteboard Friday sur le sujet.

#2 Le plus lisible par l’être humain, le meilleur.

Ça ne devrait pas être une surprise qu’un URL plus facile à lire pour les êtres humains est aussi meilleur pour les moteurs de recherche. L’accessibilité a toujours fait partie du SEO, mais jamais autant qu’aujourd’hui, lorsque des moteurs de recherche peuvent utiliser des signaux avancés d’utilisateurs et de données d’utilisation afin de déterminer les personnes qui s’y engagent ou non.

La lisibilité peut être un sujet subjectif, mais j’espère que cette illustration saura vous aider:

Image 2

Il n’est pas nécessaire que tous les aspects de l’URL doivent absolument être propres et parfaits, mais qu’ils puissent au moins être facilement compris et, avec un peu de chance, attirant pour ceux qui cherchent leur contenu.

#3 Les Mots-Clefs dans les URLs: toujours une bonne chose

Il est encore prouvé que l’utilisation de mots-clefs que vous ciblez pour les classements dans les URLs est une idée solide. Ceci est vrai pour plusieurs raisons.

Premièrement, les mots-clefs dans l’URL permettent d’indiquer à ceux qui voient sur les médias sociaux, dans un courriel, ou pendant qu’ils tournent autour d’un lien qu’ils recevront ce à quoi ils s’attendent, tel que démontré dans l’exemple de Métafiltre ici-bas (notez comment passer au dessus d’un lien montre l’URL dans le coin en bas à gauche):

Image 3

Deuxièmement, les URLs se font copier et coller régulièrement, et lorsqu’il n’y a pas de texte d’ancrage dans le lien, c’est l’URL lui-même qui sert de texte d’ancrage (ce qui est toujours un puissant input pour les classements), par exemple:

Image 4

Troisièmement, et finalement, les mots-clefs dans l’URL sont visibles dans les résultats de recherche, et on a démontré que l’URL est un des éléments les plus importants que les chercheurs considèrent lorsqu’ils sélectionnent un site où cliquer.

Image 5

#4 Plusieurs URLs sont utilisés pour le même contenu? Canonicalisez-les!

Si vous avez deux URLs qui sont utilisés pour du contenu très similaire, envisagez de les canonicaliser, soit en utilisant une redirection 301 (s’il n’y a pas de raison valable de garder le duplicata) comme illustré dans cet article, ou un rel=canonical (si vous voulez garder des versions légèrement différentes pour certains visiteurs, une page format impression par exemple).

Du contenu dupliqué n’implique pas vraiment de pénalité pour les moteurs de recherche (du moins, pas tant que vous commenciez à dupliquer à une énorme échelle), mais cela peut causer une séparation des signaux de classement qui peut nuire à votre potentiel d’achalandage de recherche. Si la Page A a une certaine quantité d’aptitudes de classement et que son duplicata, la Page A2, en a une quantité similaire, en les canonicalisant, la Page A a plus de chance d’avoir un meilleur classement et de gagner des visites.

#5 Excluez les paramètres dynamiques lorsque possible

Ce genre de truc est vraiment moche:

Image 6

Si vous pouvez éviter d’utiliser les paramètres URL, faites-le. Si vous avez plus de 2 paramètres URL, il vaut probablement la peine de faire un investissement sérieux afin de les réécrire en tant que du text statique et lisible.

La plupart des plateformes CMS ont pigé cela au fil des années, mais certains traînards persistent. Jetez un coup d’oeil à des outils comme mod_rewrite et ISAPI rewrite ou URL Rewrite Modul de MS (pour IIS) afin de vous aider dans cette procédure.

Certains paramètres dynamiques sont utilisés afin de suivre les clics (tels que ceux insérés par les applications de partage social comme Buffer). En général, ceux-ci ne causent pas d’énormes problèmes, mais ils peuvent en générer pour des URLs quelque peu grossiers ou maladroitement longs. Utilisez votre propre jugement afin de déterminer si les avantages des paramètres de repérage contrebalancent ou non les côtés négatifs.

Image 7

Des recherches d’une étude 2014 RadiumOne suggère que le partage social (qui a des impacts positifs mais généralement indirects sur le SEO) avec de plus petits URLs qui communiquent clairement le contenu d’un site, fonctionnent mieux que des chaînes d’URLs sans marque, raccourcis ou allongés, et peu claires.

Vous avez lu 5 meilleurs pratiques pour les URLs, les 10 prochaines sont réservées à nos membres VIP

 [signinlocker id=12053]

#6 Plus Petit > Plus Grand

Les URLs plus petits sont, en général, préférables. Vous n’avez pas besoin d’appliquer cela à l’extrême, et si votre URL est déjà plus petit que 50-60 caractères, ne vous en faites pas du tout. Mais si vous avez des URLs qui se rendent à 100+ caractères, il y a peut-être une opportunité de les réécrire et de gagner de la valeur.

Ceci n’est pas un problème direct avec Google ou Bing – les moteurs de recherche peuvent traiter de long URLs sans trop de problèmes. Le problème réside plutôt dans l’utilité et l’expérience de l’utilisateur. Des URLs plus petits sont plus faciles à analyser, à copier/coller, à partager sur les médias sociaux, et à intégrer, et même si ceci ne se résume qu’à une infime amélioration du partage et de l’amplification, chaque tweet, like, partage, pin, e-mail, et lien compte (soit directement ou, souvent, indirectement).

#7 Associez les URLs aux titres la majorité du temps (lorsque ça fait du sens)

Cela ne veut pas dire que si le titre de votre article est « Mes 7 Bouteilles de Whiskey Islay Favorites (et comment l’une d’elle m’a coûté toute ma collection Lego) » votre URL doit être exactement la même chose. Quelque chose comme:

randswhiskey.com/mes-7-whiskey-islay-favoris

serait aussi bien. De même que

randswhiskey.com/blog/7-bouteilles-whiskey-islay

et les variations de ces derniers. Cet assortiment atteint un but plus centré sur l’être humain, qui est d’imprégner un excellent sens de ce que l’utilisateur web trouvera sur la page référée par l’URL et ensuite de livrer la marchandise correspondant aux attentes avec le titre/les manchettes.

C’est pour la même raison que nous recommandons fortement de garder le titre de la page (que les moteurs de recherche afficheront en évidence sur leurs pages de résultats de recherche) ainsi que les manchettes visibles sur la page en concordance presque aussi parfaites – l’un crée les attentes, et l’autre livre la marchandise à ce sujet.

Image 8

Par exemple, ici-haut, vous remarquerez deux URLs que j’ai partagés sur Facebook. Dans le premier, ce que vous pourriez retrouver dans la page n’est absolument pas clair. C’est dans la section des nouvelles du site de la BBC, mais à part cela, il n’y a aucun moyen de savoir ce qu’il se trouve là dedans. Dans le deuxième, toutefois, le magazine Pacific Standard a rendu la tâche facile pour que l’URL donne un aperçu sur le contenu de l’article, et ensuite le titre de l’article livre la marchandise:

Image 9

Nous devrions viser un niveau de clarté similaire dans nos propres URLs et titres.

#8 Inclure des mots vides n’est pas nécessaire

Si votre titre/manchette inclut des mots vides (et, ou, mais, de, le, la, à, etc.) il n’est pas essentiel de les inclure dan l’URL. Vous n’avez pas besoin de les laisser de côté non plus, mais ça peut des fois aider à rendre l’URL plus petit et plus lisible dans certains contextes de partage. Utilisez votre meilleur jugement afin de savoir s’il faut les inclure ou non tout en vous basant sur la lisibilité par rapport à la longueur.

Vous pouvez remarquer dans l’URL de la publication que vous êtes précisément en train de lire, par exemple, que j’ai choisi de garder « for » parce que je crois que c’est plus facile de le lire avec le mot vide que sans, et ça ne rallonge pas trop la longueur de l’URL.

#9 Enlevez/contrôlez les caractères de ponctuation encombrants

Il y a un certain nombre de caractères textuels qui deviennent des espèces de machins difficile-à-lire lorsqu’ils sont insérés dans la chaîne de l’URL. En général, il est préférable de les enlever et de les contrôler. Voici une superbe liste des caractères sûrs et risqués disponible sur Perishable Press:

Image 10

Ce n’est pas seulement une mauvaise lisibilité que ces caractères peuvent causer, mais aussi la possibilité de briser certains navigateurs, collecteurs et analyses propres.

#10 Limitez les sauts de redirection à deux ou moins

Si un utilisateur ou collecteur (crawler en anglais) demande l’URL A, qui redirige vers l’URL B. C’est cool. C’est même OK si l’URL B redirige ensuite vers l’URL C (ce n’est pas génial – il serait idéal de rediriger directement l’URL A à l’URL C, mais ce n’est pas terrible). Toutefois, si la chaîne de redirection d’URL continue sur plus de deux sauts, vous pouvez avoir des ennuis.

De manière générale, les moteurs de recherche vont suivre ces sauts de redirection plus long, mais on a recommandé de ne pas utiliser cette pratique par le passé, et pour des URL moins « importants » (à leurs yeux), il est possible qu’ils ne suivent ou ne comptent pas les signaux de classement des URLs redirigés de façon aussi complète.

Le plus gros problème se trouve chez les navigateurs et les utilisateurs, qui sont tous les deux ralentis et parfois même entravés (les navigateurs mobiles en particulier peuvent occasionnellement avoir de la difficulté avec ceci) par ces chaînes de redirection plus longues. Gardez le minimum de redirections et vous vous en sortirez avec moins de problèmes.

#11 Moins de dossiers, c’est mieux

Prenez un URL comme celui-ci:

randswhiskey.com/scotch/lagavulin/15ans/edition-distilliers/tonneau-pedro-ximenez/750ml

Et envisagez, plutôt, de le structurer comme suit

randswhiskey.com/scotch/lagavulin-edition-distillers-750ml

Ce n’est pas que les barres obliques (dit dossiers) vont nécessairement nuire à la performance, mais ça peut créer une perception de profondeur du site pour les moteurs de recherche et les utilisateurs à la fois, en plus de rendre l’édition de la chaîne de l’URL considérablement plus complexe (du moins, dans la majorité des protocoles CMS).

Il n’y a pas de règles pures et dures – c’est un autre cas où il est important d’utiliser son meilleur jugement.

#12 Évitez les dièses dans les URLs qui créer du contenu séparé/unique

Le dièse (ou l’identifiant de fragment URL) a historiquement été une manière d’envoyer un visiteur à une localisation spécifique sur une page donnée (par exemple, les publications du blog de Moz utilisent le dièse afin de vous guider vers un commentaire particulier, comme celui-ci provenant de ma femme). Les dièses peuvent aussi être utilisés comme des paramètres de repérage (par exemple randswhisky.com/lagavulin#src=twitter). En utilisant les dièses dans les URLs pour une autre raison que celles-ci, telle que présenter du contenu distinct au lieu de ce qui est sur la page sans le dièse ou des pages complètement séparées est généralement une mauvaise idée.

Il y a des exceptions, comme ces applications Google pour des développeurs qui cherchent à utiliser le format « hashbang » pour des applications AJAX dynamiques, mais même ceux-ci sont loins d’être aussi propres, faciles pour les utilisateurs, ou simples d’une perspective SEO en tant qu’URLs statiquement réécrits. Des sites provenants d’Amazon ou de Twitter ont trouvé un énorme bénéfice en simplifiant leurs URLs complexes et en employant des dièses ou codes hashbang. Si vous pouvez l’éviter, faites-le.

#13 Méfiez-vous de la sensibilité de la casse (minuscule ou majuscule)

Quelques années en arrière, John Sherrod de Search Discovery a écrit un article excellent notant les défis et problèmes autour de la sensibilité de la casse (ou case sensitivity) dans les URLs. En résumé – si vous utilisez des serveurs Microsoft/IIS, généralement, vous vous en sortez. Si vous hébergez avec Linux/UNIX, vous pouvez avoir des ennuis parce qu’ils peuvent interpréter des casses différentes, et par conséquent randswhisky.com/AbC pourrait être un article au contenu différent comparativement à randswhisky.com/aBc. Ça, ce n’est rien de bon.

Image 11

Dans un monde idéal, vous voulez que les URLs qui utilisent la mauvaise casse vous redirigent/canonicalisent automatiquement vers la bonne. Il y a des protocoles de réécriture htaccess qui peuvent vous assister (tel que celui-ci) – je les recommande vivement si vous faites face à ce problème.

#14 Les traits et les traits soulignés sont des séparateurs de mots préférentiels

Notez l’absence (pour la première fois en plusieurs années à mettre à jour cet article) de ma recommendation d’éviter les traits soulignés comme des séparateurs de mots dans les URLs. Dans les dernières années, les moteurs de recherche ont surmonté avec succès leurs défis précédents en lien avec ce problème et traitent maintenant les traits soulignés et les traits de façon similaire.

Les espaces peuvent fonctionner, mais ils se traduisent maladroitement dans les URLs sous « 20% », ce qui nuit à la lisibilité de vos pages. Essayez de les éviter si possible (c’est habituellement assez facile dans les CMS modernes).

#15 Le bourrage et la répétition de mots-clefs est inutile et donne une allure très spam à votre site

Jetez un coup d’oeil à la liste des résultats de recherche ici-bas, et vous verrez une bonne quantité de « canoe puppies » dans l’URL. Ceci n’est probablement pas idéal, et ça pourrait inciter certains chercheurs à ne plus vouloir cliquer sur le lien.

Image 12

Des répétitions comme celles-ci ne vous aident pas à avoir de meilleurs classements de recherche – Google et Bing sont allés beaucoup plus loin que des algorithmes qui récompensent des mots-clefs apparaissant plusieurs fois dans la chaîne de l’URL. Ne nuisez pas à votre chance de gagner un clic (ce qui PEUT avoir un impact sur vos classements) en abusant d’associations/répétitions de mots-clefs dans vos URLs.

Je vous souhaite la meilleure des chances dans toutes créations et efforts d’optimisation de vos URLs. S’il-vous-plait n’hésitez pas à laisser des ajouts, idées, ou des observations dans les commentaires plus bas. En attendant, je vous suggère de lire notre article sur traitant de l’architecture des URL

Source : MOZ

Meilleur URL en SEO – Test

Dans la continuité de mes études SEO sur l’architecture (ancres multiples en SEO, étude sur le link juice …), je souhaite savoir la meilleur forme pour une URL pour ranker sur un mot-clé.

Par exemple, je veux me positionner sur le mot-clé « restaurant lille » et je possède le domaine « restaurant.fr », plusieurs choix d’URL :

  • restaurant.fr/lille
  • restaurant.fr/restaurant-lille
  • restaurant.fr/restaurant/lille
  • restaurant.fr/restaurant/restaurant-lille

D’après une étude de SEOMOZ, si une URL est courte, Google préférera, grâce à ce test, nous allons déterminer quelle forme d’URL adopter pour se positionner du mieux possible la requête « restaurant lille », bon bien sûr, ici nous ferons le test sur des mot-clé annexe avec un autre nom de domaine.

Voici NOTRE test :

  • hurloubu.fr/lille
  • hurloubu.fr/hurloubu-lille
  • hurloubu.fr/hurloubu/lille
  • hurloubu.fr/hurloubu/hourloubu-lille

Merci Google d’indexer les liens ci-dessus !

Chaque page sera identique, nous aurons la même balise title, et la même balise h1 : « hurloubu lille » (voir étude sur la balise h1)

Résultat de notre étude sur les URLs en SEO

Après plusieurs jours d’attentes, voici enfin les résultats !

Pour se positionner sur la requête « hurloubu lille », la meilleur URL est …hurloubu.fr/lille ! Ce qui confirme bien l’étude de SEOMOZ.

hurloubu-lille

hurloubu-lille

Le résultat est donc simple, pas de sur-optimisation dans les URLs, plus l’URL sera courte, mieux ce sera !

A voir : Article sur les permaliens !

7 étapes pour réussir l’architecture d’un site

Architecture du SEO

Réussir l’architecture d’un site

Aujourd’hui, je vais écrire sur l’un de mes sujets préférés, à savoir l’architecture d’un site pour le référencement. Cet article se base sur ma récente présentation lors du SES organisé à Londres et au lieu de poster simplement les dispositifs, j’ai pensé que cela allait être plus amusant et plus intéressant d’en décrire quelques-uns en y ajoutant mes commentaires.

[emaillocker id=11971]

1. Qu’est-ce que l’architecture d’un site ?

Selon moi, l’architecture SEO d’un site repose grandement sur la façon dont les internautes, ainsi que les moteurs de recherches arrivent à trouver votre site.

Il s’agit également d’obtenir et de proposer les contenus les plus pertinents pour les utilisateurs, tout en réduisant le nombre de clics nécessaires pour les retrouver.

La même chose s’applique aux moteurs de recherche, en modifiant l’architecture d’un site web : vous pourrez faire des gains potentiels en mesure d’indexation, tel que le nombre de pages générant du trafic au niveau des moteurs de recherche ou encore le nombre de pages dans l’index d’un moteur de recherche.

2. Le nombre de clics idéal entre la page d’accueil et les contenus les plus enfouis

Si vous n’avez pas réussi à regarder l’émission Whiteboard Friday sur l’architecture  d’un site Internet, je vous la conseille vivement. Le principe consiste à réduire le nombre de clics entre votre page d’accueil et vos contenus les plus enfouis. Cette technique est toujours aussi importante et ne change pas depuis mars 2009.

3. A quoi ressemble l’architecture d’un site non optimisé ?

Site non optimisé

Imaginez que ce plan de site décrive une mise en page assez simple d’un site. Pour atteindre la couche de contenus la plus profonde, les utilisateurs et les moteurs d’indexation sont censés se lancer dans une descente de six clics.

Cela fait beaucoup de clics, certes. Ce niveau de profondeur n’est radicalement pas souhaitable : vous pourriez vous attendre à voir les pages qui sont profondément enfouies dans l’architecture posséder moins de liens et d’être moins visibles dans les résultats provenant des moteurs de recherche et cela, même pour les listes de requêtes assez conséquentes.

4. Créer une architecture SEO plus plate

La plupart des référenceurs affirment que les pages qui sont enfouies les plus profondément dans l’architecture d’un site ne peuvent recevoir assez de « jus » pour être visibles dans les résultats de classement d’un moteur de recherche.

Certes, il reste vrai que par la promotion des contenus de l’architecture, vous pouvez améliorer son classement de manière générale. Ce processus plus communément connu comme « l’aplatissement » (flattening).

Laissez-moi vous l’expliquer via ce schéma :

Flattening SEO

Dans ce schéma, vous pouvez clairement voir que nous avons considérablement augmenté le nombre de liens sur chaque page et réduit par conséquent le nombre de clics requis pour atteindre le niveau de contenus le plus bas.

Il y existe également un autre point qui vaut la peine d’être abordé avant de passer à autre chose, à savoir le cross-linking et silos.

5. Qu’est-ce qu’un Silo en architecture de site ?

Dans un plan de site relativement simple, les pages ont tendance à pointer vers leurs « enfants ». Par exemple, la page d’accueil pointe vers une page catégorique, qui elle pointe vers les pages de produits.

Dans une situation pareille, nous nous retrouvons avec ce qu’on appelle un « silo vertical ». Il y a un certain nombre de liens qui découlent de votre architecture, mais pas partout.

Laissez-moi vous l’expliquer dans le schéma qui suit :

Silo SEO

Comme vous pouvez le constater dans ce schéma, nous disposons ici d’une page interne bien reliée et coincée dans un silo. L’une des façons les plus utiles pour remédier à cette situation est de concevoir des méthodes pour d’interchanger vos contenus, en vous concentrant sur ce que les utilisateurs considéreront comme étant utile en consultant votre site.

Voici quelques exemples de cross-linking d’architecture se basant sur le domaine du voyage, du commerce de détail, ou encore d’articles.

Exemple Silo en SEO

Voyage

– Destinations similaires
– Les hôtels à proximité/Monuments
– Les plus populaires/pays
– Les plus populaires/villes
– Emplacements récemment commentés/hôtels

Commerce de détail

– Les produits populaires dans cette catégorie
– Les produits connexes (complémentaires)
– Les utilisateurs ayant consulté cet article et l’avoir finalement acheté
– Les mieux notées /articles récemment passés en revue
– Articles recherchés fréquemment/catégories

Articles/blogs

–  Les posts similaires
–  Les posts populaires
–  Les derniers commentaires

Parfois, l’amélioration de votre stratégie de cross-linking peut être aussi facile que l’examen des liens présents sur votre site. Voici l’exemple d’un élément de navigation d’un « meilleur produit » sur un site de commerce de détail présent sur la page « fête des Mères ».

Nos amis de chez PrezzyBox varient leurs liens en se basant sur la page que consulte l’utilisateur, ce qui laisse place à plus de cross-linking, ajoutant potentiellement plus de valeur en même temps.

Silo Exemple

6. La navigation reflète le comportement des utilisateurs

Que recherchent les internautes lorsqu’ils atterrissent sur l’une de vos pages ? Parfois, ils vous le diront. À quand remonte la dernière fois où vous avez regardé les données internes de recherche de votre site sur une page spécifique pour savoir la réponse ?

Si vous utilisez Google Analytics, dirigez vous vers l’option « Content », puis « Site Search » et jetez un coup d’œil au rapport des contenus les plus recherchés. Vous verrez le nombre de recherches effectuées sur votre site via URL. Vous pourrez par conséquent aller plus loin en consultant les termes utilisés pour ces recherches.

Navigation Utilisateurs Google Analytics

Si les utilisateurs sont à la recherche d’une chose très spécifique sur l’une de vos pages Web et qu’ils ont fréquemment utilisé cette requête pour arriver sur votre site, peut-être qu’ils ne réussissent pas à trouver la réponse sur la page. Essayez de modifier cela afin de refléter le comportement de recherche du site.

Firebox.com propose des liens concernant les recherches populaires directement depuis sa page d’accueil. Ces liens auraient pu être facilement interchangés avec les liens pointant vers les pages catégorie ou produit les plus pertinentes, mais de toute façon, il est relativement facile de voir ce qui est populaire sur le site et j’imagine que cela est une facilité d’utilisation potentielle.

Nuage de Tag

7. Combien de liens dois-je avoir sur ma page d’accueil ?

Dans ma présentation, j’ai reconnu qu’il était parfois difficile de proposer tous les liens dont nous avons besoin sur une seule page, tout en maintenant l’intégrité du design du site.

Dans ma présentation, j’ai donné un clin d’œil spécial à deux exemples de navigation que je trouve assez sympathiques pour les utilisateurs et qui fonctionnent très bien avec les moteurs de recherche.

CheapFlights possède une navigation CSS de type déroulant sur sa page d’accueil afin de pouvoir proposer plus de liens vers les destinations d’intérêt pour ses visiteurs. Donc, lorsqu’un utilisateur clique sur « plus », il aura accès à plus d’options.

Liens menus déroulants

J’ai vraiment apprécié l’architecture qu’emploie le site vouchercodes.co.uk pendant longtemps. Ils codent très bien aussi. Consultez ce CSS de type carrousel présent sur leur page d’accueil pour obtenir de bonnes idées d’architecture d’un site.

Les liens sont marqués de manière remarquable, visibles en mode texte seulement, comme le démontre le schéma. On constate que le CSS s’occupe de la mise en page, ainsi que les images, alors que JavaScript s’occupe du reste.

Exemple architecture SEO

J’ai couvert plusieurs autres exemples lors de ma présentation, mais ces derniers sont mes favoris.

Source : Seomoz Successful Site Architecture for SEO [SES London 2011]

Les informations essentielles sur l’architecture d’un site Internet

Il n’y a pas si longtemps, il y avait des tensions signifiantes à propos du SEO et de l’architecture entre Référenceurs. Un groupe a voulu rendre les choses plus simples pour les humains et l’autre plus facile pour les moteurs de recherche. La seconde va bientôt disparaître étant donné qu’il faut faire de plus en plus attention aux internautes. Aujourd’hui, on va voir comment tirer profit de l’architecture pour son référencement.

Bienvenue donc, dans cet article où nous allons parler d’architecture de site internet, et spécialement comment organiser son contenu sur son site internet afin d’aider son référencement et son positionnement et nous allons voir comment les moteurs de recherche interprètent vos pages et vos liens entre eux. Je vais commencer par parler globalement de l’IA et de son interaction avec le SEO.

Les bonnes pratiques pour le SEO

L’IA est là pour aider les internautes à réaliser leurs objectifs rapidement et facilement en présentant les résultats les plus pertinents. Actuellement, il n’y a pas de conflit qui s’oppose autour du SEO et de l’architecture, alors que dans le passé, cela n’a pas toujours été vrai.

Si par exemple, nous avons une page qui est optimisée pour le SEO (une bonne navigation, un footer, peut-être une grande image dans le contenu, etc.).

D’un autre côté, nous avons une autre version de page que je ne qualifierai pas « d’optimisée pour le référencement ». C’est le problème pour beaucoup de sites Internet qui ne sont pas bons dans le SEO. L’idée est soumise à réflexion lorsque nous savons tous que les ancres de mots clés sont importants, et que les liens internes doivent être de qualité pour gérer l’architecture d’un site web dynamique.

Nous savons que les personnes qui utilisent les termes et font des liens vers d’autres sites de qualité obtiennent un meilleur positionnement sur le web. Au lieu de rendre la navigation intéressante, beaucoup se focalisent sur la concentration en masse du mot clé. Cela n’a plus de sens et Google fait en sorte d’afficher des sites beaucoup plus optimisés que cela.

Prenons un exemple, beaucoup de personnes mettent des images en haut des articles pour capter l’attention des internautes, mais il ne faut pas oublier que c’est le contenu qui va envoyer des signaux à Google montrant que votre site est pertinent.

Même si une partie de l’algorithme de Google, de Bing et de Baidu fait attention aux textes et aux images, il ne faut pas oublier que c’est l’engagement qui devient de plus en plus important.

Si par exemple une page qui est bien structurée récupère beaucoup moins d’engagement que ses concurrents, alors elle perdra en positionnement car elle sera considérée comme de moins bonne qualité.

Google référencement

Cependant, si vos tests montrent que les images dans le haut de la page captent l’attention des personnes et que cela est intéressant pour le SEO alors continuez sur cette stratégie.

De même, beaucoup me disent qu’ils effectuent de nombreux liens sur une page renvoyant vers plusieurs articles et sites internet de qualité. Cela reste intéressant pour les moteurs de recherche, mais suivant l’évolution de l’algorithme de Google et la prise en compte de l’intérêt de l’utilisateur, ces techniques n’influencent plus positivement votre référencement.

En effet, les moteurs de recherche vont regarder si les liens sont cliqués par les internautes pour définir si le lien est efficace ou non. Suivant ce facteur, nous pouvons déterminer où non la qualité du lien et du site internet pour l’internaute et en définir un bon positionnement sur les moteurs de recherche.

Comme je vous l’ai dit, de nombreux facteurs sont inclus dans l’algorithme de Google notamment pour déterminer si les liens sont de qualités où non. Plus votre lien sera dans un environnement contextuel cohérent, plus votre lien aura de la valeur et Google vous positionnera davantage comme un site pertinent.

Les meilleures pratiques au niveau de l’architecture

Maintenant que nous savons cela, nous pouvons étudier les pratiques des robots pour définir les meilleures stratégies au niveau de l’architecture de son site internet pour le SEO.

La hiérarchisation de votre site internet

De manière générale, il faut absolument hiérarchiser votre site internet afin d’être le plus clair aux yeux de Google et d’améliorer votre notoriété. L’architecture du site joue un rôle primordial dans ce travail de longue haleine.

Voici un exemple concret : Disons que nous avons un site internet d’animaux. Nous aurions sur notre site Internet des catégories distinctes telles qu’une partie pour les hérissons, l’autre pour les lapins, etc. Dans chaque section, vous aurez des sous-parties. Par exemple, pour la section « Chien », vous aurez en sous parties toutes les races différentes de chiens.

C’est avec une structure bien ordonnée que vous répondrez aux mieux à la demande des internautes et Google prendra cela en compte afin de vous positionner dans les meilleures résultats.

Architecture de site internet

Il en est de même pour les liens internes. Chaque section doit envoyer des liens vers les sous parties spécifiques et inversement, les parties spécifiques doivent envoyer des liens entre sous parties mais également vers la pages catégories principales.

Vous ne devez pas forcément travailler sur les ancres textes exactes, mais au moins montrer à Google la connexion entre toutes vos catégories et sous parties.

L’optimisation des liens depuis les contenus récent

C’est quelque chose d’extrêmement important pour les référenceurs actuels. Etant donné qu’il faut cibler un mot clé par page notamment, il est primordial que vos nouveaux contenus soient rangés dans les bonnes catégories de votre site Internet et envoient des liens de qualité.

En effet, nous sommes dans l’obligation de bien segmenter nos différentes catégories pour que notre site apparaisse davantage pertinent pour Google. Chaque nouveau contenu doit avoir un titre précis qui ne soit pas similaire aux autres afin de ne pas concurrencer chaque page Interne de mon site.

Actuellement, Google, Bing et les autres moteurs de recherche sont devenus plus intelligents pour identifier les nouveaux contenus et les plus anciens. Les moteurs de recherche vont en retenir qu’un seul.

Certaines fois vous pouvez obtenir plusieurs résultats dans la partie Actualité de Google. Généralement c’est le contenu le plus ancien qui se positionne le mieux sur les résultats de recherche.

Pour résumer, dans chaque contenu, il vous faut faire des liens uniquement vers les pages qui seront utiles pour les internautes sinon cela pourrait vous empêcher de décoller au niveau du positionnement. Pensez bien à ce que l’internaute recherche.

Je voudrais attirer votre attention sur ce qui m’inquiète le plus lorsque j’analyse certains sites Internet. En effet, certains publient des articles et mettent le plus de liens possible pour renvoyer un maximum de puissance.

Pourtant, il faut simplement lier certaines pages dont vous savez que vos internautes cliqueront dessus pour avoir une meilleure pertinence. Il s’agit donc de ne pas se focaliser sur la cannibalisation des mots clés mais d’afficher les articles les plus pertinents pour l’utilisateur.

3. Faites des sous pages si l’intention est unique, sinon faites des combinaisons

Notre 3ème et dernier point parle des pages uniques. Pour être plus précis, chaque page doit répondre à un mot clé ou à un problème des internautes. Il faut vous demander si vous la nouvelle page que vous créez ne répond déjà pas à un problème d’un ancien article à vous.

Par exemple, vous pouvez vous dire qu’un article répond à telle question, cet article va se positionner sur la phrase A que vous ciblez mais pas sur la phrase B alors que la réponse serait la même.

Une bonne optimisation de son site internet

Google et Bing sont devenus incroyablement bons à démêler l’intention des chercheurs à travers leurs requêtes en affichant des résultats pertinents et plus adaptés (qui ne comprennent pas d’exact match domain notamment).

Donc, si j’ai une page sur les paresseux lents et les paresseux qui dorment, ne pensez-vous pas que les intentions des internautes sont les mêmes ? Voyez vous ce que je veux dire ? Il est intéressant pour cela d’avoir une unique page même si cela ne cible pas plusieurs phrases émises par les internautes.

En revanche si j’ai une page sur un paresseux portant un sombrero et un paresseux portant un chapeau, il est indispensable d’avoir deux pages distinctes. Et là où ça devient intéressant, c’est qu’un lien entre les deux pages serait très utile car dans tout les cas l’internaute peut être intéressé par l’autre page. Cela fait un lien intéressant qui sera bénéfique pour votre référencement.

Pour résumer, l’architecture d’un site Internet doit être orientée sur l’intention de l’internaute. Vous devez cibler les requêtes larges pour vos catégories et créez des pages pour les sous catégories afin d’avoir une hiérarchisation. L’arborescence d’un site web doit être réfléchie et pertinente.

Vous devez faire des liens de qualité depuis vos nouveaux articles afin d’ajouter de la valeur à votre site web. Regroupez plusieurs expressions pour n’en faire qu’une seule page notamment, cela fait plus de contenus et sera mieux positionné sur plusieurs requêtes. A l’inverse si les requêtes sont différentes, vérifiez si il y a possibilité de faire un lien entre-elles.

Source : https://moz.com/blog/information-architecture-for-seo-whiteboard-friday

[/emaillocker]

WordPress permaliens /%postname%/ 404 mais pas avec index.php (changement de serveur)

Les permaliens

Après avoir terminé la migration du site et du blog sur le VPS de chez OVH, un petit problème est survenu sur lequel j’ai passé énormément de temps avant de trouver la solution. Il s’agissait en effet d’un problème permaliens WordPress avec erreur 404.

Les permaliens qui utilisent la syntaxe /%postname%/ sur le serveur mutualisé de chez OVH fonctionnaient parfaitement. Cependant, après la mise à jour vers le VPS, les permaliens ne fonctionnaient plus de cette façon. Certainement un problème de permaliens WordPress 404.

Les permaliens fonctionnaient avec la syntaxe suivante :

[emaillocker id=11971]

  • /blog/?p=123
  • /blog/index.php/nom-du-post

Mais plus du style

  • /blog/nom-du-post

Il s’agit là au final d’un problème apache et du mode rewrite …

Pour résoudre un problème de permaliens WordPress, vérifiez avant tout avec un phpinfo() que votre mode rewrite est activé.

Si le mode rewrite est bien activé… eh bien il ne l’est certainement pas totalement ! L’erreur WordPress permalink 404 peut se montrer capricieuse.

Voici la solution :

Ouvrez le fichier suivant :

/etc/apache2/sites-available/default (avec nano : nano /etc/apache2/sites-availables/default

Repérez les lignes suivantes :

Options Indexes FollowSymLinks MultiViews
AllowOverride None
Order allow,deny
allow from all

Remplacez le None par all
Cela nous donne :

[shell]
<VirtualHost *:80>
ServerAdmin [email protected]
DocumentRoot /var/www
<Directory />
Options FollowSymLinks
AllowOverride None
</Directory>
<Directory /var/www/>
Options Indexes FollowSymLinks MultiViews
AllowOverride All
Order allow,deny
allow from all
</Directory>

ScriptAlias /cgi-bin/ /usr/lib/cgi-bin/
<Directory « /usr/lib/cgi-bin »>
AllowOverride None
Options +ExecCGI -MultiViews +SymLinksIfOwnerMatch
Order allow,deny
Allow from all
</Directory>

ErrorLog /var/log/apache2/error.log

# Possible values include: debug, info, notice, warn, error, crit,
# alert, emerg.
LogLevel warn

CustomLog /var/log/apache2/access.log combined

Alias /doc/ « /usr/share/doc/ »
<Directory « /usr/share/doc/ »>
Options Indexes MultiViews FollowSymLinks
AllowOverride All
Order deny,allow
Deny from all
Allow from 127.0.0.0/255.0.0.0 ::1/128
</Directory>
</VirtualHost>
[/shell]

Enfin, redémarrez Apache(/etc/init.d/apache2 restart)

NORMALEMENT, les permaliens de WordPress fonctionnent maintenant correctement. (Sur WordPress, choisir pour la syntaxe : /%postname%/)

Pour être sûr d’avoir réglé votre souci, à savoir, que les permaliens de WordPress ne fonctionnent pas,  vous devez avoir dans le fichier .htaccess :

[shell]
<IfModule mod_rewrite.c>
RewriteEngine On
RewriteBase /blog/
RewriteRule ^index.php$ – [L]
RewriteCond %{REQUEST_FILENAME} !-f
RewriteCond %{REQUEST_FILENAME} !-d
RewriteRule . /blog/index.php [L]
</IfModule>
[/shell]

Remplacez blog par le nom de votre répertoire WordPress, si c’est installé à la racine, mettre / et /index.php [L]

Et voilà, c’est terminé 😉

Vous voyez, mieux vaut ne pas s’affoler quand une page WordPress est introuvable ou qu’un permalien WordPress  affiche une erreur 404.

Article à lire absolument : Découvrez quel URL se positionne le mieux sur Google !

[/emaillocker]

Bien rédiger le titre d’une page et la balise h1 pour le référencement

Rédiger un titre de page

Le titre d’une page est un critère important pour le référencement de votre site internet, tant au niveau du SEO que d’un point de vue marketing (pour les sites commerciaux).

Un titre ne se résume pas à une banale liste de mots-clés présente sur votre page Web. Pour bien le choisir, vous devez bien comprendre que le titre d’une page reflète son contenu, un titre attractif attirera les internautes, un titre banal et les internautes passeront leur chemin.

Un titre est constitué dans l’idéal d’environ 65 caractères et doit prouver aux internautes qu’ils vont trouver ce qu’ils recherchent sur votre site internet, il faut provoquer l’envie de cliquer sur votre titre après sa recherche sur Google ! Quelques autres conseils sur les mots-clés sur ma page : 24 facteurs de positionnement d’un site web (spécial mots-clés).

Article à lire impérativement : Comment savoir si je suis SEO Addict ?

Quelques conseils pour élaborer un titre de qualité

  1. Identifier les mots-clés qui représentent le mieux le contenu de votre page.
  2. Que pourrait taper l’internaute pour arriver sur ma page ?
  3. Commencer le titre de votre page par les mots-clés.
  4. Rédiger une phrase courte, concise et clair.
  5. Ne pas faire apparaître le nom de votre site sur les autres pages que l’accueil.
  6. Essayer de limiter la taille du titre à 65 caractères.

L’élaboration d’un titre est l’une des bases du référencement naturel. Il ne suffit pas d’en trouver un accrocheur comme le font les journalistes, sans penser à l’insertion d’une expression-clé. Il n’est pas intéressant non plus de réfléchir seulement avec une optique « SEO ». Certaines personnes l’oublient et mettent une série de mots-clés dans chaque balise titre de leurs pages, cette tactique peut vite s’avérer inefficace voire contre-productive.

Suivre les Guidelines Google

Le titre est certainement le critère On-Page le plus important sur une page web, lorsqu’on souhaite maximiser sa visibilité dans les moteurs de recherche.

Concrètement dans le code html entre les balises <head>et </head>, voici la forme que prend la balise :

<title>Votre titre super bon pour le référencement</title>

C’est l’information que voit en premier l’internaute dans les résultats de recherche puisqu’elle est en gras et sous-titrée.

referencement

referencement

Et nous savons grosso modo ce qu’attend Google, qui a rédigé ses propres Guidelines à ce sujet. Voici les trois recommandations importantes de la firme de Mountain View :

  • Décrivez le contenu de la page de façon pertinente
  • Créez des balises <title> uniques pour chaque page
  • Utilisez des titres courts mais descriptifs

Le premier conseil est simplement du bon sens mais certaines personnes ne l’appliquent pas toujours. Il est important de bien saisir le sens du contenu et de le résumer en une seule courte phrase. Il est également possible de choisir une phrase polémique issue d’un dialogue ou une idée forte qui ne résume pas forcément votre article mais qui peut être très accrocheuse et attractive.

Avoir des titres uniques c’est à dire différents sur chaque page, est indispensable dans l’optique du référencement naturel. C’est la seule manière d’avoir une chance de se positionner sur de nombreux mots-clés dans les moteurs de recherche.

Utiliser des titres courts est recommandé car cela permettra aux internautes de lire entièrement vos titres dans les résultats de recherche. Néanmoins il s’avère aussi intéressant de choisir des titres très précis certaines fois. Vous pouvez ainsi vous positionner sur plus d’expressions-clés. Mais tomber dans cet excès ne garantit pas une affluence certaine sur votre site, en effet, au plus vos titres sont longs, au moins les mots ont de l’importance.

A lire Impérativement : L’analyse sur les balises Title

Réfléchir à la stratégie SEO globale

Votre recherche de titres pertinents doit nécessairement s’inscrire dans une stratégie SEO globale.

Vous avez par exemple identifié une thématique sur laquelle vous aimeriez bien être visible : les formations SEO. Il peut être intéressant de faire une page forte avec un titre court, décrivant les prestations que vous proposez :

<title>Nos formations SEO à Paris</title>

Il y a peu de mots, ils ont ainsi un poids important.

Pour essayer de booster cette page, vous allez rédiger du contenu et vous servir du linking interne, c’est à dire faire un lien dirigeant vers votre page forte Nos formations SEO à Paris. Des pages suivantes avec des titres plus longs peuvent être créées :

<title>Se former au référencement facilement et rapidement : utilisez votre DIF</title>

<title>Vidéos de conférences en référencement naturel : initiation au SEO</title>

Vous avez identifié une expression peu concurrentielle dans Google et vous avez du contenu intéressant à rédiger à ce sujet ? N’hésitez pas à faire un article fourni et à choisir un titre composé de l’expression en début de balise !

Sur les requêtes beaucoup plus concurrentielles, privilégiez des titres longs et utilisez des synonymes.

Nous avons débuté cet article en expliquant que le choix du titre était prépondérant dans une démarche d’optimisation du SEO. C’est le cas mais il ne faut pas pour autant consacrer toute son attention sur cette tâche, vous pourrez trouver les titres les plus judicieux du monde et ne pas attirer d’internautes si vos contenus ne sont pas assez intéressants, si votre travail de netlinking n’est pas suffisant ou encore si votre maillage interne n’est pas optimisé.

BONUS : Analyse de la balise title

La balise title est un facteur de positionnement très important (au niveau des mots-clés), c’est pour cela que j’ai décidé de faire une petite étude afin de déterminer comment remplir une balise de titre de manière optimale.

L’étude se déroulera sur 5 pages que je vais positionner sur une requête, la requête sera « Eoissua dixilalu » (on ne devrait pas avoir trop de concurrence comme ça). Au niveau des pages voila comment cela va se profiler :

  1. Une page avec la balise title : Eoissua dixilalu
  2. Une seconde page avec la balise title suivante : Eoissua dixilalu : 31 liokianu eoissua dixilalu
  3. Une troisème page avec la balise title : 10 liokianu eoissua dixilalu
  4. Une quatrième page avec la balise title : 10 liokianu eoissua dixilaluEoissua dixilal
  5. Une cinquième page avec la balise title : Eoissua dixilalu : 31 liokianu

Le contenu de ces 5 pages est identiques : 1 balise h1, un paragraphe une balise h2 et un paragraphe. Aucun facteur externe ne devrait rentrer en compte, pas de liens entres ces 5 pages, les 5 pages seront indexées grâce aux liens ci-dessous.

  • Lien 1
  • Lien 2
  • Lien 3
  • Lien 4
  • Lien 5

Nous sommes le 16 mai 2011, nous verrons les résultats de positionnement d’ici quelques jours.
Edit : le 21 Mai, j’ai les résultats qui sont assez surprenants !

Résultat du 21 MAI

Résultat du 21 MAI

Donc dans l’ordre les résultats :

  1. Position N°1, balise de titre : Eoissua dixilalu
  2. Position N°2, balise de titre : 10 liokianu eoissua dixilalu
  3. Position N°3, balise de titre : Eoissua dixilalu : 10 liokianu
  4. Position N°4, balise de titre : Eoissua dixilalu : 31 liokianu eoissua dixilalu
  5. Position N°5 :, balise de titre : 10 liokianu eoissua dixilaluEoissua dixilalu

Voici mes conclusions par rapport à cette étude sur les balises title, tout d’abord, sur les 2 derniers :

Les deux pages positionnées N°4 et N°5 possèdent deux fois la requête dans leur titre … Sur-optimisation sanctionnée. La différence entre la page N°4 et la page N°5 est due au positionnement des mots-clés dans la balise title. Sur la page 4, « Eoissua dixilalu » est positionné au début de la balise de titre.

En ce qui concerne les 3 premières pages :

La page positionnée en N°1 possède EXACTEMENT le même titre que la requête.

Et ce qui devient surprenant, c’est au niveau du résultat N°2 et N°3, pourquoi, alors qu’il est reconnu que les mots-clés situés au début de la balise de titre sont plus efficaces que positionnés à la fin, nous avons cette différence.

Pour rappel :

  • Position N°2, balise de titre : 10 liokianu eoissua dixilalu
  • Position N°3, balise de titre : Eoissua dixilalu : 10 liokianu

J’ai peut-être une réponse, certes nous avons les mots-clés basés aux débuts (sur le résultat N°3) mais nous avons deux points « : » ces deux points coupent donc la phrase pour en faire deux aux yeux de Google.

Or Google aime les titres clairs et concis, et un titre en deux parties n’est plus clair ni concis, voilà pourquoi il aurait positionné la page dont le titre 10 liokianu eoissua dixilalu avant, car dans ce cas, la requête est bien intégrée directement dans la phrase sans coupure …

Bon, quelque chose que je viens de remarquer : la page en position N°3 n’est pas dans le même dossier que les autres /etudeseo/1/fichier.html elle est située dans /etudeseo/fichier.html, nous sommes plus proches de la racine.

Est-ce que cela peut avoir avoir une incidence d’après vous ?

Après mon étude sur la balise title en référencement SEO, aujourd’hui, je vais tenter de découvrir quelque chose sur la balise h1, en lançant une petite série de tests sur des mots-clés. Comment cela va t-il se passer ?

Etude de la balise h1 en référencement

Ce que nous allons tenter de démontrer à travers les 5 études suivantes :

  • La balise h1 est plus puissante que la balise title pour le positionnement
  • la balise h1 identique à la balise title permet un meilleur positionnement
  • Rédaction d’une page commune, qui sera indexée avec 9 url différentes
  • Utiliser des balises title et h1 de manières différentes.
  • Indexation des 9 pages et attente des résultats

Commençons par choisir le mot-clé sur lequel nous allons nous positionner, j’ai choisi « Urloboui Ruinaret », Google ne comporte à l’heure actuelle aucune page contenant ce mot-clé (étonnant)

Suite à notre étude sur la balise title en référencement SEO, nous avions pus remarquer qu’un titre optimisé pour une recherche possède seulement cette recherche dans le titre.  C’est à dire, pour positionner en une page sur la requête « Urlobuoui Ruinaret », le meilleur titre possible est : « Urloboui Ruinaret » une seule fois, enfin on ne va pas refaire l’étude, mais pour ceux qui n’auraient pas suivis, je vous invite fortement à y jeter un coup d’œil.

resultat-etude-seo-title

resultat-etude-seo-title

Merci, ô Google d’ajouter à ton index les liens suivants :

Lien supprimé car test terminé

Nous allons donc procéder à la création de 9 pages, dont voici les caractéristiques :

Pour la première page :

Title : Urlobuoui Ruinaret

h1 : Urlobuoui Ruinaret

Deuxième page :

Title : Urlobuoui Ruinaret

h1 : 9 jioalikopui firma Urlobuoui Ruinaret

Troisième page

Title : Urlobuoui Ruinaret

h1 : Urlobuoui Ruinaret : 9 jioalikopui firma

——————————————————

Quatrième page :

Title : 9 jioalikopui firma Urlobuoui Ruinaret

h1 : Urlobuoui Ruinaret

Cinquième page :

Title : 9 jioalikopui firma Urlobuoui Ruinaret

h1 : 9 jioalikopui firma Urlobuoui Ruinaret

Sixième page :

Title : 9 jioalikopui firma Urlobuoui Ruinaret

h1 : Urlobuoui Ruinaret : 9 jioalikopui firma

—————————————————

Septième page :

Title : Urlobuoui Ruinaret : 9 jioalikopui firma

h1 : Urlobuoui Ruinaret

Huitième page :

Title : Urlobuoui Ruinaret : 9 jioalikopui firma

h1 : 9 jioalikopui firma Urlobuoui Ruinaret

Neuvième page :

Title : Urlobuoui Ruinaret : 9 jioalikopui firma

h1 : Urlobuoui Ruinaret : 9 jioalikopui firma

Les résultats de notre étude

Requête : Urlobuoui Ruinaret

etude-h1

etude-h1

Positionnement N°1

La première constatation est que les 3 premiers résultats sont ceux qui ont pour balise h1 exactement :

Urlobuoui Ruinaret

Pour ranker sur une requête, choisissez donc de mettre en H1 la requête exacte ! Il n’y a pas de doute là-dessus, par contre, comment coupler cela avec la balise title ?

Apparemment, et contrairement à ce que l’on aurait pu croire, une balise h1 et title identiques et correspondant toutes deux à la requête, ce n’est pas considéré comme de la sur-optimisation par Google et se positionne donc en première position !

Petit bémol cependant,  on réduit aussi les chances de se positionner sur d’autres requêtes, mais si l’on veut absolument se positionner sur cette requête, c’est LA meilleure solution.

Positionnement N°2 et N°3

Le résultat N°2  est la suite logique de notre étude sur la balise title, avec une H1 identique, Google positionnera d’abord un titre non coupé (par  deux points par exemple), ensuite, bien que le mot-clé soit au début, vient la phrase coupée en troisième position.

Positionnement N°4 et N°5

Ici, c’est intéressant, pour title identique, Google choisira a contrario de positionner devant la page dont la balise h1 aura la requête en début (même si la balise title est coupée) et ensuite, la page avec la balise h1 à la fin. Google serait donc vraiment sévère avec les title coupés, a contrario, une balise h1 coupée n’est pas très grave si l’on veut faire une belle phrase.

Positionnement du résultat N°6 au N°9

Ici, cela devient moins intéressant, je vous laisse faire vos propres analyses.

Conclusion de notre étude sur la balise h1

La balise h1 à l’air plus puissante que la balise title pour ranker sur une requête spécifique. Il ne faut pas la négliger. Je vous mets en-dessous un petit tableau qui vous permettra de faire vos propres interprétations, car un tableau vaut mieux qu’un long discours 🙂

Résultat Etude h1

Résultat Etude h1

N’hésitez pas à me laisser vos avis et vos commentaires sur ce tableau. Bien sûr, en faisant vous même d’autres requêtes liées aux pages indexées, vous pourrez faire votre propre analyse sur les balises…